Défense
Le BPC Mistral à Brest en juin pour 4 à 7 mois de travaux

Actualité

Le BPC Mistral à Brest en juin pour 4 à 7 mois de travaux

Défense

Le Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral reviendra à Brest début juin. A l'issue de l'exercice amphibie Skreo avec l'armée de Terre, qui se déroulera au large de la Charente, le BPC retrouvera son chantier de construction. Il s'agit, comme pour son sistership le Tonnerre, de réparer les sols défectueux de la partie avant, réalisée à Saint-Nazaire. Les planchers souffrent d'un problème au niveau du ciment de ragréage, des décollements ayant été constatés lors de sa traversée de longue durée, au printemps dernier. Si, initialement, le Mistral était moins touché que le Tonnerre, l'utilisation intensive du bâtiment depuis sa livraison il y a un an et notamment à l'été lors de l'opération Baliste au Liban, n'aurait pas arrangé l'état des sols. Par conséquent, le chantier, prévu pour durer environ quatre mois, pourrait en fait, selon certaines sources, s'étaler sur 27 semaines. Le temps imparti pour les travaux fait, toujours, l'objet de négociations entre la Marine nationale et DCN, maître d'oeuvre du programme BPC. Lorsque le second navire sera réparé, l'ex-Direction des Constructions Navales devrait se retourner contre Alstom, à l'époque propriétaire des Chantiers de l'Atlantique, lequel se retournera à son tour contre son ancien sous-traitant, responsable de la pose des planchers. Outre le coût des réparations, estimé à plusieurs millions d'euros, DCN envisage de réclamer des dommages et intérêts pour la perte d'image subie dans cette affaire. Les problèmes de planchers du Tonnerre ont, en effet, entraîné un retard de 8 mois de la livraison du bâtiment.
Le groupe français fonde de grands espoirs à l'export avec le BPC, notamment en Australie où il est actuellement en compétition avec Navantia.
__________________________________________________

- Voir la fiche technique des BPC Mistral et Tonnerre

Naval Group | Actualité industrie navale de défense