Marine Marchande
Le Breizh Nevez va reprendre son service
ABONNÉS

Actualité

Le Breizh Nevez va reprendre son service

Marine Marchande

Immobilisé depuis le 19 février après avoir talonné une roche au niveau de la citadelle de Port-Louis, le roulier Breizh-Nevez I, qui assure la liaison entre Lorient et l’île de Groix, a été remis à l’eau, le 7 mai. Avec succès. Travaux et essais en mer se poursuivent, avant une possible reprise des rotations début juin. « Pour l’instant, on tient le calendrier. Les installations sont progressivement remises en marche », annonce Gérard Lahellec, vice-président délégué aux transports de la région Bretagne, propriétaire du roulier. « Les dossiers liés à la remotorisation ont été validés par la Commission centrale de sécurité (CCS) des navires. Après explication et argumentation, nous ne serions désormais plus tenus de réaliser une expérience de stabilité, comme demandé en fin de semaine dernière », précise-t-il. Une expérience qui suppose « une journée de blocage du bateau et au moins une semaine de dépouillement et de calculs, et encore plus de dossiers ! ».

« Assurer son retour en exploitation le 3 ou 4 juin »

La remise en service du roulier semble en bonne voie. « À ce stade, nous sommes bien dans la dernière ligne droite et les équipes de la Région, des chantiers Piriou et de la Compagnie Océane œuvrent ensemble pour à la fois remettre le navire en condition opérationnelle, le préparer aux essais et assurer son retour en exploitation le 3 ou 4 juin, comme prévu au planning », renchérit Gérard Lahellec. « Le planning n’est pas encore stabilisé et dépendra évidemment des remises en service des installations ».

Quid d’ailleurs des deux installations jugées inquiétantes ? Le vice-président se veut rassurant : « Les problèmes de la porte du garage sur bâbord ont été réglés par les chantiers Piriou - on espère définitivement ! - et la porte remontée. Concernant la partie arrière de sortie des safrans (la jaumière), là aussi les actions correctives ont permis de rattraper le retard. Cependant, il n’y a rien de rédhibitoire sur les capacités du navire à exercer son service », conclut-il.

Un article de la rédaction du Télégramme

Port de Lorient Piriou