Défense
Le canada retient la proposition de TKMS pour ses futurs bâtiments logistiques

Actualité

Le canada retient la proposition de TKMS pour ses futurs bâtiments logistiques

Défense

C’est finalement le design proposé par le groupe allemand TKMS qu'a retenu le Canada pour les futurs pétroliers-ravitailleurs de sa marine. Ottawa a jugé cette solution comme étant la plus simple, la moins risquée et probablement la moins coûteuse. TKMS propose, en effet, un bâtiment dérivé des trois unités du type 702 (classe Berlin) en service dans la marine allemande. Le coût des études sera donc bien moindre que pour un nouveau design, dont il aurait fallu mener à bien le développement, puis gérer les aléas inhérents à la réalisation d’un prototype, sans oublier la phase de mise au point. Grâce au choix d’une solution éprouvée, la marine canadienne compte disposer de ses nouveaux bâtiments logistiques à partir de 2017. Il y a en effet urgence car les deux actuels pétroliers-ravitailleurs canadiens, les HMCS Protecteur et HMCS Preserver, arrivent à bout de souffle. Longs de 171.9 mètres et présentant un déplacement de 24.700 tonnes en charge, ils ont, en effet, été mis en service en 1969 et 1970.

 

 

Le HMCS Protecteur (© US NAVY)

Le HMCS Protecteur (© US NAVY)

 

Le HMCS Protecteur ravitaillant deux bâtiments de combat (© MARINE CANADIENNE)

Le HMCS Protecteur ravitaillant deux bâtiments de combat (© MARINE CANADIENNE)

 

 

Evolution du projet

 

 

Dans un premier temps, compte tenu de l’importance croissante des opérations à l’international, la marine canadienne souhaitait un bâtiment hybride, cumulant des fonctions logistiques avec des capacités de projection. Il s’agissait du Joint Support Ship (JSS), capable non seulement de ravitailler une force navale à la mer, mais aussi de projeter des véhicules au moyen de vastes garages et de rampes, mais aussi de deux chalands de débarquement et de quatre hélicoptères de transport. Le JSS, dont le concept n'était autre que celui du futur Karel Doorman néerlandais (proposé par Damen au Canada), devait en outre servir de bâtiment de commandement, avec un état-major de 85 personnes, ainsi que d’hôpital flottant (60 lits). Mais le projet (deux bâtiments plus un troisième en option), en raison de son coût, a été ajourné en 2008 à l’occasion d’un changement de gouvernement.

Afin de réduire le budget alloué à ce programme, le Canada a finalement choisi de ne conserver que les fonctions de ravitaillement. Si les conditions économiques le permettent, les capacités de projection feront l’objet d’une commande séparée portant sur des bâtiments dédiés (comme, par exemple, des BPC français du type Mistral).

Concernant les ravitailleurs, le projet a été relancé à l’été 2010, deux candidats étant sélectionnés : BMT Fleet Technology (filiale du groupe britannique BMT), et TKMS Canada (filiale locale du groupe allemand), ce dernier emportant donc la décision.  

 

 

Le Frankfurt am Main allemand (© MICHEL FLOCH)

Le Frankfurt am Main allemand (© MICHEL FLOCH)

 

 

Les bâtiments du type 702

 

 

Les futurs navires logistiques canadiens seront donc dérivés de ceux de la marine allemande. Appelés ravitailleurs polyvalents dans la Bundeswehr, les bâtiments du type 702 comptent actuellement trois unités en service. Après le Berlin (2001) et le Frankfurt am Main (2002), un navire supplémentaire a été commandé en 2009 afin de soutenir les chantiers allemands, malmenés par la crise économique. Devant être opérationnel cette année, le Bonn a vu sa coque réalisée chez Peenewerft et ses superstructures chez Flensburger, l’assemblage final et l’intégration des équipements étant confiés au site TKMS d’Emden. Construits aux normes civiles et dotés d’une double coque, ces bâtiments mesurent 173.7 mètres de long et affichent un déplacement de 20.240 tonnes en charge. Ils sont équipés d’un portique de ravitaillement en combustible et charges lourdes, ainsi que deux grues, ce qui leur permet de pouvoir servir deux unités de combat simultanément, une sur chaque bord. La capacité d’emport est notamment de 9450 tonnes de gasoil, 160 tonnes de munitions, 280 tonnes de pièces de rechange et  450 tonnes d’eau. On notera que les Berlin disposent d’une aire de stockage pour 84 conteneurs et peuvent embarquer un hôpital amovible formé d’une série de conteneurs (26) abritant deux blocs opératoires et 50 lits d’hospitalisation. Armés par un équipage de 150 marins et pouvant accueillir plus de 90 passagers, ils disposent de hangars pour deux hélicoptères lourds. L’armement est dédié à l’autodéfense, avec de l’artillerie et des systèmes surface-air.  

 

(Sources techniques : Flottes de Combat 2012)

Marine et garde-côtière canadiennes Thyssen Krupp Marine Systems (TKMS)