Marine Marchande

Actualité

Le Cap Finistère inaugure la nouvelle notation énergétique du Bureau Veritas

Marine Marchande

Accompagner les armateurs dans la réduction de la consommation globale de leurs navires. C’est ce que propose désormais le Bureau Veritas, avec sa nouvelle notation volontaire SEEMP (Ship Energy Efficiency Management Plan). Et c’est le Cap Finistère, de la compagnie Brittany Ferries, qui a été le premier à entreprendre cette démarche.

« L’idée est de s’appuyer sur le Ship Energy Efficiency Management Plan du navire. Ce plan, qui résume l’ensemble des consommations du navire, a été rendu obligatoire à bord de tous les navires par une réglementation de l’Organisation Maritime Internationale », explique Martial Claudepierre, responsable Environnement au BV. A côté de la consommation de l’ensemble des éléments du bateau (moteur principal, groupes électrogènes, chaudières…), le SEEMP décrit aussi des mesures d’optimisation de la consommation du bord.
« C’est précisément sur ce point que nous travaillons. Les mesures "de base" du SEEMP ne sont pas forcément testées et restent relativement vagues. Notre démarche est donc d’appuyer ces pistes d’amélioration de la consommation par des démonstrations, des calculs et des simulations, pour que le SEEMP du bord devienne un document réellement construit et efficace ».
 
 
Les consommations sont modélisées puis simulées sur logiciel
 
 
Pour cela, les ingénieurs du BV commencent par s’appuyer sur toutes les données de consommation de base du bord. Puis ils modélisent différents types de configuration de moteurs, de conduite de machine, de pratique de navigation. « Nous intégrons toutes ces données sur le logiciel de simulation et de transfert d’énergie Seecat que nous avons développé en interne. Cela nous permet d’établir, à moindre coût, les possibilités d’amélioration de la consommation. Cela peut aller de l’utilisation d’un autre type d’hélice à la modification d’un système de récupération  ».
Dans le cas du Cap Finistère, prochainement soumis à la « législation soufre », qui imposera des taux de rejets très bas, le logiciel a permis de modéliser le devis énergétique de l’installation d’un « scrubber » (nettoyeur de fumée).
« Une fois toutes les simulations effectuées, nous avons travaillé avec le bord puis embarqué pour vérifier que cela correspondait bien aux pratiques et à la réalité de la navigation ». 
Pour les armateurs, qui sont déjà plusieurs à vouloir suivre l’exemple, cette nouvelle notation permet à la fois de garantir que leur navire est conforme d'un point de vue réglementaire, notamment en ce qui concerne les émissions. Mais cela permet aussi de donner un schéma concret d’amélioration de la consommation du navire. Ce qui, dans le contexte économique actuel, semble devenir de plus en plus indispensable.
 

Brittany Ferries