Marine Marchande
Le cargo Artemis reste planté sur la plage des Sables d'Olonne

Actualité

Le cargo Artemis reste planté sur la plage des Sables d'Olonne

Marine Marchande

La foule des grands jours s'était massée, hier après-midi, sur le remblai des Sables d'Olonne, en Vendée. C'est là que s'est échoué, lundi matin, le cargo néerlandais Artemis, poussé sur la plage par la tempête. La tentative menée hier en fin d'après-midi pour déséchouer le navire de 88 mètres s'est finalement soldée par un échec. Profitant de forts coefficients de marée, le remorqueur Abeille Languedoc s'était approché à 1000 mètres du cargo, au moment de la pleine mer. Une remorque en polypropylène flottante avait été transférée de l'Artemis vers l'Abeille Languedoc, avec le concours d'un hélicoptère Dauphin de la marine nationale et d'un canot de la SNSM. « Cette manoeuvre a été rendue nécessaire par la distance séparant les deux navires qui interdisait l'emploi de la remorque métallique habituelle de l'Abeille-Languedoc beaucoup trop lourde pour pouvoir être manoeuvrée dans de telles conditions », souligne la préfecture maritime de l'Atlantique.


(Photo : Marine nationale/Détachement SP 35F La Rochelle)

Parallèlement, les ballasts de l'Artemis avaient été vidés pour alléger sa poupe, alors qu'une butte de sable était érigée sur son avant bâbord pour empêcher une progression vers la digue. Enfin, une tranchée a été creusée pour permettre à l'arrière du cargo de descendre vers la mer lors de la prise en remorque.
Malgré la mise en oeuvre d'importants moyens, la tentative fut abandonnée suite à la rupture de la remorque. La société Les Abeilles International, à qui l'armateur de l'Artemis a confié le sauvetage de son bateau, étudie les mesures et les matériels appropriés pour tenter un déséchouement dans mes plus brefs délais. Le temps joue en effet contre le cargo, les forts coefficients de marée du début de semaine baissant progressivement. En cas de nouvel échec, aujourd'hui, il faudra sans doute attendre les prochaines grandes marées, en avril, pour tenter de dégager l'Artemis. « En cas de nouvel échec, des mesures conservatoires vont également être entreprises pour préserver, d'ici là, l'intégrité et la sécurité du navire et prévenir tout risque de pollution », précise la préfecture maritime. Hier, la mairie des Sables, qui s'inquiète d'une éventuelle dégradation de son joyau touristique, a fait constater par huissier l'état de la plage avant et après les opérations.


(Photo : Marine nationale/Détachement SP 35F La Rochelle)


(Photo : Marine nationale/Détachement SP 35F La Rochelle)

Pollution en mer et accidents