Construction Navale
Le chantier Kleven à nouveau au bord de la faillite

Actualité

Le chantier Kleven à nouveau au bord de la faillite

Construction Navale

L'idylle aura été de courte durée : le chantier norvégien Kleven, racheté en mars par le groupe croate Brodosplit, a vu ses comptes gelés par trois de ses banques norvégiennes et son directeur a claqué la porte, sur fond de profondes dissensions avec l'actionnariat. Il pourrait être déclaré en faillite dans les jours qui viennent. Brodosplit a assuré essayer de trouver des solutions, mais rien de concret n'a été annoncé pour le moment.

Pour le chantier, à l'origine familial, d'Ulsteinvik, le chemin de croix a commencé après 2014 et l'effondrement du secteur des navires de servitude offshore, son marché historique. Le groupe a alors amorcé une réorientation, notamment vers les navires de croisière d'expédition avec les Roald Amundsen et Fridtjof Nansen. Las, les dettes et les impayés ont continué à plomber les exercices, obligeant Hurtigruten à racheter une part importante du chantier pour garantir la livraison de ses navires. Avant de le mettre en vente, après une restructuration en septembre 2019 qui s'est traduit par le licenciement de 124 employés sur 220 et, à ce moment-là, une réorientation annoncée sur la réparation navale.

Le groupe croate DIV s'est manifesté en tout début de cette année avant de formaliser le rachat en mars. En pleine crise sanitaire, il avait même annoncé la commande d'un navire résidentiel pour Ocean Residences Development, qui aurait dû être en partie construit à Ulsteinvik. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Kleven Maritime