Défense
Le Charles de Gaulle à Toulon dans moins d’une semaine

Actualité

Le Charles de Gaulle à Toulon dans moins d’une semaine

Défense

Les résultats des premiers tests effectués sur des marins malades du porte-avions Charles de Gaulle sont attendus aujourd’hui. Mais personne ne se fait guère d’illusion. Le bâtiment, à bord duquel le « feu » couvait depuis plusieurs semaines, est manifestement victime d’une épidémie de Covid-19. Sur décision de la ministre des Armées, Florence Parly, son déploiement, qui devait s’achever le 23 avril, est écourté. Repassé en Atlantique le 5 mars après avoir évolué en Europe du nord, le Charles de Gaulle fait maintenant route directe vers Toulon. Il devrait franchir Gibraltar avant samedi et rallier sa base varoise d’ici le début de semaine prochaine.

Une vaste zone de confinement aménagée pour recevoir jusqu’à 127 lits

A bord, il y a 1760 marins, équipage et personnels du groupe aérien embarqué, constitué d’une vingtaine d’avions et d’hélicoptères, qui n’ont pas quitté le bord. Plusieurs dizaines de marins souffrent de symptômes pouvant être attribués au coronavirus (le ministère en annonçait hier matin une quarantaine). Ils ont été placés dans une zone de confinement isolée à bord du porte-avions (probablement d’un une partie du double-hangar) qui a été aménagée pour pouvoir accueillir jusqu’à 127 lits. Les malades sont suivis par l’équipe médicale du bord, soit 23 personnels, dont quatre médecins

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française