Défense
Le Charles de Gaulle de retour à Toulon

Actualité

Le Charles de Gaulle de retour à Toulon

Défense

Le groupe aéronaval français est rentré hier matin à Toulon après deux mois et demi de déploiement en Méditerranée orientale. En dehors du porte-avions Charles de Gaulle, les frégates Jean de Vienne et Guépratte, ainsi que le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne, ont également retrouvé la base navale varoise. Le Forbin, qui assurait depuis la mi-novembre la défense aérienne du GAN, est quant à lui toujours en opération, étant parti pour une longue mission de cinq mois qui devrait le conduire dans différentes eaux. 

 

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Un sous-marin nucléaire d’attaque, les frégates Cassard, Chevalier Paul et Augsburg (Allemagne), les destroyers américains USS Ross et USS Mason, ainsi qu’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, ont également été intégrés au GAN pendant tout ou partie de la mission Arromanches 3.

Pour mémoire, le groupe aérien embarqué, notamment constitué de 24 Rafale Marine des flottilles 11F et 12F, ainsi que deux avions de guet aérien embarqué E-2C Hawkeye, a effectué 480 sorties et 2700 heures de vol au profit de la coalition internationale contre Daech en Irak et en Syrie. Ces appareils ont rallié leurs bases bretonnes de Landivisiau et Lann-Bihoué avant le retour du Charles de Gaulle à Toulon. Quant aux quatre hélicoptères embarqués sur le porte-avions, deux Dauphin Pedro et une Alouette III de la 35F, ainsi qu’un Caïman Marine de la 31F, ils ont retrouvé la base d’aéronautique navale d’Hyères.

Après avoir effectué son troisième déploiement en deux ans, et cumuler plus de 240 jours de mer depuis novembre 2015, dont 200 en opérations, le Charles de Gaulle va maintenant se préparer pour son second arrêt technique majeur, qui sera doublé d’une rénovation de nombreuses installations et systèmes. Le bâtiment, après une importante phase de préparation, en vue notamment des opérations de rechargement de ses deux cœurs nucléaires, doit entrer en février en cale sèche pour une période de 15 mois. Suivront trois mois d’essais avant la remontée en puissance du porte-avions et de l’ensemble du groupe aéronaval, prévu pour être de nouveau disponible au second semestre 2018.

 

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française