Défense
Le Charles de Gaulle prépare son nouvel engagement contre Daech

Actualité

Le Charles de Gaulle prépare son nouvel engagement contre Daech

Défense

Le porte-avions français a appareillé de Toulon hier matin en vue de débuter l’entrainement préalable à son prochain déploiement au Moyen-Orient, où il va de nouveau intervenir contre le groupe terroriste Daech. L’envoi du Charles de Gaulle va permettre une fois de plus de renforcer significativement les moyens de l’armée de l’Air intervenant en Syrie et en Irak dans le cadre de l’opération Chammal. Celle-ci mobilise actuellement un millier de soldats français, 12 Rafale Air, un ravitailleur C-135R, un avion radar E-3F Awacs, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et la frégate Courbet.

Qualification des jeunes pilotes cet été

Rentré en mars dernier de quatre mois de mission au cours desquels son groupe aérien embarqué (GAE) a mené des dizaines de frappes contre les positions islamistes, le bâtiment amiral de la flotte française a repris la mer début juillet à l’issue d’un arrêt technique courant. Pendant l’été, l’Ecole de l’Aviation Embarquée était à bord afin de qualifier les jeunes pilotes aux manœuvres d’appontage.

 

Rafale Marine sur le Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE - Y. BISSON)

Rafale Marine sur le Charles de Gaulle (© MARINE NATIONALE - Y. BISSON)

 

Puissance militaire accrue avec le « tout Rafale »

Désormais, c’est un entrainement très opérationnel que réalisent le bâtiment, son équipage et le GAE, dont la composante de combat est, pour la première fois, constituée uniquement de Rafale Marine, ce qui va accroître sensiblement les capacités offensives du Charles de Gaulle. Depuis le retrait du service du Super Etendard Modernisé (SEM) en juillet, les trois flottilles de chasse de l’aéronautique navale (11F, 12F et 17F) sont, en effet, entièrement équipées du nouvel appareil de Dassault Aviation. En plus des Rafale, le GAE compte traditionnellement deux avions de guet aérien Hawkeye et des hélicoptères.

16 bâtiments en manœuvre la semaine prochaine

Evoluant dans un premier temps seul avec ses aéronefs au large de Toulon, le Charles de Gaulle manoeuvrera la semaine prochaine avec l’ensemble des composantes constituant le groupe aéronaval. A l’occasion de l’exercice Gabian, qui débutera lundi et vise à remettre à niveau les équipages après les permissions estivales, pas moins de 16 bâtiments seront en effet en mer, déployés en trois groupes de combat, y compris le groupe aéronaval préconstitué en vue de son prochain départ en mission, qui doit intervenir à la fin du mois. Cela constitue un déploiement de force considérable pour la flotte française basée en Méditerranée, d’autant que de nombreuses unités de la Marine nationale demeurent dans le même temps mobilisées sur différentes théâtres d’opérations extérieurs.

 

(© MARINE NATIONALE)

(© MARINE NATIONALE)

 

Pas de FREMM dans le groupe aéronaval

En plus du Charles de Gaulle et de son aviation embarquée, le groupe aéronaval français sera constitué de frégates de défense aérienne et de lutte anti-sous-marine, d’un bâtiment de ravitaillement et d’un sous-marin nucléaire d’attaque. Devraient s’y ajouter, au fil de la mission, différentes unités, y compris de marines alliées. En revanche, le GAN ne devrait pas compter dans ses rangs l’une des nouvelles frégates multi-missions (FREMM), comme ce fut le cas la dernière fois.

Ultime déploiement avant un arrêt technique de 18 mois

Très précieux pour accentuer la pression sur les groupes terroristes, le Charles de Gaulle va réaliser là son dernier déploiement avant son second arrêt technique majeur, qui l’immobilisera début 2017 pour 18 mois. Durant cette longue période, la France, faute de second porte-avions, ne disposera donc plus de cet outil diplomatique et militaire de premier plan qui lui permet de projeter au pied levé une puissante force de projection partout dans le monde et en toute autonomie.

 

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© MARINE NATIONALE - S. CHENAL)

Le Charles de Gaulle en rade de Toulon hier matin (© MARINE NATIONALE - S. CHENAL)

Marine nationale