Défense

Actualité

Le Charles de Gaulle reprend la mer

Défense

Pour la première fois depuis décembre 2016, le porte-avions nucléaire français a repris la mer ce vendredi 14 septembre. Le bâtiment, remis à l’eau le 16 mai dernier à l’issue de 15 mois de cale sèche aux bassins Vauban, à Toulon, avait retrouvé le 27 juillet les appontements Milhaud. De nombreux essais de sortie de chantier, soit 800 en tout, ont été réalisés à quai. Il en reste quelques 200 à effectuer en mer. Une phase qui a donc commencé ce matin avec l’appareillage du Charles de Gaulle pour une sortie technique de plusieurs jours. Avec notamment, pour commencer, tout ce qui a trait à la plateforme, en particulier la propulsion et la navigation.

 

Le Charles de Gaulle quittant Toulon ce matin (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le Charles de Gaulle quittant Toulon ce matin (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

Le Charles de Gaulle quittant Toulon ce matin (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le Charles de Gaulle quittant Toulon ce matin (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

Le Charles de Gaulle quittant Toulon ce matin (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le Charles de Gaulle quittant Toulon ce matin (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Les essais du bâtiment dureront plusieurs semaines et il sera, en fonction des besoins et essais, amené à revenir et repartir régulièrement de Toulon. Après la partie plateforme, viendront les essais des installations aviation, dont le point culminant sera le retour à bord des aéronefs. Il faudra également vérifier le système de combat, l’ensemble de cette campagne permettant également à l’équipage de reprendre son bateau en main. La remontée en puissance verra également le porte-avions et son état-major embarqué se requalifier avec l’ensemble du groupe aéronaval, qui devrait être parfaitement opérationnel d’ici la fin de l’année en vue d’un prochain déploiement début 2019.

Mis en service en 2001, le Charles de Gaulle achève son second arrêt technique majeur, doublé d’une refonte à mi-vie. Conduit par Naval Group, ce programme, d’un coût de 1.3 milliard d’euros, aura représenté plus de 4 millions d’heures de travail, dont 1.8 million d’ingénierie et conception, puis 2.5 millions pour le chantier. Il a notamment porté sur la rénovation du système de combat, la mise en place de nouveaux senseurs (dont un radar SMART-S) ou encore l’adaptation de ses installations au passage à une chasse embarquée constituée uniquement de Rafale Marine.

- Voir notre article détaillé sur la refonte du Charles de Gaulle

 

Marine nationale Naval Group (ex-DCNS)