Défense
Le Charles de Gaulle vu du ciel

Actualité

Le Charles de Gaulle vu du ciel

Défense

D'une longueur de 261 mètres pour un déplacement de près de 42.000 tonnes, le Charles de Gaulle est un bâtiment de guerre particulièrement impressionnant. Il s'agit, en fait, du plus gros navire militaire actuellement en service en Europe. Il perdra cette place, à l'horizon 2014, avec l'arrivée des trois futurs porte-avions franco-britanniques. Ces unités, nettement plus imposantes, mesureront 283 mètres de long pour un déplacement de plus de 70.000 tonnes. Mis sur cale à l'arsenal de Brest (désormais DCN) en 1989, le Charles de Gaulle a été lancé en mai 1994 et admis au service actif sept ans plus tard. Au terme d'une construction particulièrement longue, marquée par les restrictions budgétaires, celui qui devait s'appeler initialement Bretagne (ou Provence), puis Richelieu, remplacera le vieux Clemenceau, désarmé en 1997 après 36 années de service. En attendant la relève du Foch, vendu au Brésil en 2000, le Charles de Gaulle reste le seul porte-avions de la Marine nationale. Disposant d'une autonomie considérable grâce à sa propulsion nucléaire, le bâtiment embarque de 30 à 35 appareils, avions de combat Rafale et Super Etendard, avions de guet aérien Hawkeye et hélicoptères.

Participant actuellement, au sein d'une imposante force navale, à la mission Agapanthe 07, le porte-avions rejoindra en mars le nord de l'océan Indien. Il participera, notamment, au soutien aérien des troupes alliées engagées en Afghanistan. Ce déploiement est marqué par la présence à bord des trois premiers Rafale Marine au standard F2, capable de mener des attaques air-sol. A son retour de mission, en juin, et après une brève escale à base varoise, le navire réalisera une campagne de trois semaines au profit de l'aéronavale. Cette sortie aura pour but de qualifier un maximum de pilote avant le premier arrête technique majeur du porte-avions. Prévue pour débuter en septembre par une mise en cale sèche, cette Indisponibilité Périodique pour Entretien et réparations (IPER), qui sera réalisée par DCN Toulon, immobilisera le bâtiment pendant 18 mois. De gros travaux sont prévus, notamment le rechargement des coeurs nucléaires et l'installation de nouvelles hélices.

A bord du porte-avions Charles de Gaulle