Défense
Le chasseur de mines belge Narcis traite 3 tonnes d'explosifs historiques en Manche

Fil info

Le chasseur de mines belge Narcis traite 3 tonnes d'explosifs historiques en Manche

Défense

Du 14 au 23 février 2017,  une opération internationale de guerre des mines était programmée en Manche et sera assurée par des bâtiments de guerre de l’OTAN appartenant au Standing Nato Mine Countermeasures Group 1 (SNMCMG 1), dans le cadre de la mission Historical Ordnance Disposal (HOD).

Sous les ordres du capitaine de frégate Estonien Johan-Elias Seljamaa, commandant la force depuis le chasseur de mines Wambola (Estonie), le groupe, représentant 5 nations différentes, était composé des chasseurs de mines Admiral Cowan (Estonie), Hinnoey (Norvège), Narcis (Belgique), Ramsey (Royaume-Uni) et Schiedam (Pays-Bas).

Au bilan, 3 engins explosifs historiques ont été neutralisés, représentant près de 3 tonnes d'équivalent TNT.

Deux opérations de contre-minage se sont déroulées au large de Courseulles-sur-Mer (14) le samedi 18 février 2017 :


- Dès 08h22, le chasseur de mines tripartite (CMT) Narcis a procédé à une première opération de contre-minage à environ 12 nautiques (soit 22 km) au large de Courseulles-sur-Mer suite à la découverte, la veille, d'une mine allemande de type BM 1000, représentant 950 kg d'équivalent TNT.

- Puis, à 16h18, une seconde opération de contre-minage s'est déroulée à 18 nautiques (soit 33km) suite à la découverte d'une bombe allemande de type LMB (Luft Marine Bomb) par le CMT Schiedan deux jours plus tôt. Cette bombe, représentant 980 kg d'équivalent TNT, a été détruite par le CMT Narcis.

Le lundi 20 février 2017, le CMT Narcis est une nouvelle fois intervenu pour procéder à la destruction d'une mine allemande de type BM 1000 découverte le jour même. L'opération s'est déroulée à 14h34 à 16 nautiques (soit 29km) au large de Courseulles-sur-Mer. La mine représentait 1 008kg d'équivalent TNT.

Les mauvaises conditions météorologiques sur zone ont contraint le groupe OTAN de la SNMCMG1 à réduire de deux jours la durée de sa mission en Manche-mer du Nord.

Depuis 1996, des opérations interalliées baptisées « HOD » sont conduites chaque année en Manche – mer du Nord afin d’éliminer les munitions à caractère historique. Les fonds marins de cet espace maritime sont en effet caractérisés par la présence significative d’engins explosifs issus des deux derniers conflits mondiaux (bombes, obus concrétionnés, mines de fond). C’est donc un enjeu de sécurité maritime que de procéder à la recherche et à la neutralisation de ces dangers, et l’opération « HOD » participe directement à l’important chantier d’assainissement des fonds marins de la Manche – mer du Nord.

Communqué de la préfecture maritime de Cherbourg, 24/02/17

 

Marine belge