Défense
Le Chevalier Paul appareille pour sa traversée de longue durée

Actualité

Le Chevalier Paul appareille pour sa traversée de longue durée

Défense

La Russie, l'Amérique du nord, les Caraïbes, un tour de l'Amérique latine, deux transatlantiques et un passage en Afrique du nord... Tel est le beau périple que doit réaliser la frégate de défense aérienne Chevalier Paul. Le bâtiment quitte aujourd'hui Toulon pour sa traversée de longue durée. Cette TLD a pour objectif de poursuivre les essais du nouveau bâtiment de la Marine nationale sous différentes latitudes, en eaux froides comme en eaux chaudes. Après sa sortie de Méditerranée via le détroit de Gibraltar, le Chevalier Paul va remonter vers la mer du Nord pour contourner la Scandinavie et arriver en Russie. Une escale est, ainsi, prévue à Severomorsk fin mars/début avril.
Après les eaux glacées, le Chevalier Paul doit redescendre en mer du Nord et participer brièvement à l'exercice OTAN Brillant Mariner (12 au 22 avril), qui impliquera notamment le porte-avions Charles de Gaulle et le BPC Mistral. Puis la frégate traversera l'Atlantique pour gagner les Etats-Unis et le Canada, avant de redescendre au sud vers les Caraïbes, faire escale au Mexique et franchir le canal de Panama. Elle débutera alors un tour de l'Amérique du sud pour arriver normalement au Brésil (Rio) en juin. Le Chevalier Paul retraversera ensuite l'Atlantique pour rallier le Maroc, avant de retrouver, mi-juillet, la base navale de Toulon.

Le Chevalier Paul (© : PHILIP PLISSON)
Le Chevalier Paul (© : PHILIP PLISSON)

Soutien à l'exportation

On notera que ce programme reste indicatif et pourrait être modifié, durant la TLD, en fonction d'éventuelles contraintes techniques ou opérationnelles. Au-delà des essais, les escales de la nouvelle frégate française sont, évidemment, choisies avec soin. Elles serviront, en effet, à promouvoir l'industrie nationale auprès de clients ou de prospects. Ainsi, la Russie est actuellement en négociations exclusives avec la France pour l'acquisition de bâtiments de projection et de commandement du type Mistral. Le Canada souhaite, quant à lui, remplacer ses destroyers lance-missiles de la classe Iroquois et projette toujours de se doter d'un bâtiment de projection après l'échec du JSS. Les industriels français misent également beaucoup sur le marché sud-américain, où ils ont développé leur présence ces dernières années, le dernier succès en date étant la vente de sous-marins au Brésil. La marine brésilienne, qui souhaite également se doter de nouvelles frégates, est d'ailleurs très courtisée et les Français ne sont pas les seuls à être présents. Fincantieri fait notamment les yeux doux à Brasilia et a bénéficié, le mois dernier, de l'escale à Rio de la frégate italienne Andrea Doria, bâtiment du type Horizon, comme le Chevalier Paul (le programme a été mené en coopération par la France et l'Italie).

Le Chevalier Paul (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le Chevalier Paul (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Les plus puissantes frégates de la marine

Comme son sistership, le Forbin, le Chevalier Paul a été réalisé par DCNS sur son site de Lorient. Longue de 152.9 mètres pour une largeur de 20.3 mètres, la FDA affiche un déplacement de 7000 tonnes en charge, soit un poids sensiblement équivalent à celui des croiseurs légers de la seconde guerre mondiale. Conçu pour assurer la protection d'un groupe aéronaval, le bâtiment dispose d'un puissant système de combat, lui permettant de suivre des centaines de pistes et d'en engager plusieurs simultanément. Ses radars de veille et de conduite de tir (S 1850 M et EMPAR) ont une portée de plusieurs centaines de kilomètres. L'armement est, quant à lui, constitué de 32 missiles Aster 30 et 16 missiles Aster 15, avec une réserve de place pour 16 missiles supplémentaires. La frégate est, en outre, dotée de deux pièces de 76mm, d'une artillerie légère et de deux tubes pour torpilles MU90. De plus, elle met en oeuvre le nouveau missile antinavire Exocet MM40 Block3, un engin de ce type ayant été tiré hier pour la première fois, et avec succès, au large de Toulon. Enfin, le Chevalier Paul, capable d'atteindre la vitesse de 29 noeuds, dispose d'une plateforme et d'un hangar pour un hélicoptère de classe 10 tonnes (NH90).

Le Chevalier Paul (© : PHILIP PLISSON)
Le Chevalier Paul (© : PHILIP PLISSON)

Marine nationale