Croisières et Voyages
Le Costa neoRomantica vendu à Celestyal
ABONNÉS

Actualité

Le Costa neoRomantica vendu à Celestyal

Croisières et Voyages

Si sa sortie de la flotte de la compagnie italienne Costa n’est pas une surprise, l’identité de son repreneur en est bien une. Hier, Celestyal Cruises, filiale du groupe chypriote Louis, a annoncé l’acquisition du paquebot Costa neoRomantica. Son armateur a quant à lui confirmé la signature d’un accord pour cette vente, dont il dit espérer la conclusion ainsi que le transfert du navire pour la seconde quinzaine du mois d’août.

 

Le Costa neoRomantica (© KEVIN IZORCE)

Le Costa neoRomantica (© KEVIN IZORCE)

Le Costa neoRomantica (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Costa neoRomantica (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Construit en 1993 par les chantiers italiens Fincantieri, l’ancien Costa Romantica mesure 220 mètres de long et affiche une jauge de 53.000 GT. A l'issue d’une refonte conduite en 2012 et d'un coût de 90 millions d'euros, il a été entièrement rénové et a reçu 111 nouvelles cabines, s'ajoutant aux 678 qu'il comptait auparavant, via notamment l’ajout d’une superstructure au-dessus de la passerelle. Son ancien théâtre avait par ailleurs été remplacé par un vaste centre de bien-être. Depuis, il portait le nom de Costa neoRomantica, avec une capacité de 1800 passagers. Son sistership, l’ancien Costa Classica (1991), qui avait bénéficié fin 2014 d’une modernisation plus sommaire, a été vendu en 2018 à la compagnie Bahama Paradise Cruise Line, qui l’a renommé Grand Classica.

 

L'ancien Costa Classica (© FABIEN MONTREUIL)

L'ancien Costa Classica (© FABIEN MONTREUIL)

 

Cette cession a fait suite à l’échec de la neoCollection, un concept que Costa avait lancé avec la refonte du Romantica pour séduire un public désireux de réaliser des croisières plus longues, calmes et culturelles. Le troisième navire affecté à ce produit, le Costa neoRiviera, a été transféré en 2019 à la compagnie allemande AIDA Cruises, filiale du groupe Costa où il a pris le nom d’AIDAmira.

Ne restait donc plus que le neoRomantica, dont on savait depuis un moment les années comptées au sein de sa compagnie d’origine. Mais la crise du coronavirus a sans doute accéléré son départ, tout comme celui du Costa Victoria, vendu en juin et qui va pour sa part connaitre un destin plus funeste en terminant à la démolition. Pour mémoire, après une saison d’hiver 2016/2017 en océan Indien, le Costa neoRomantica avait été redéployé en Asie, où il était depuis exploité à l’année. A l’arrêt depuis le mois de mars comme tous les paquebots à travers le monde, il se trouve actuellement en attente dans la baie de Manille, aux Philippines, en compagnie d’autres navires de croisière dont les Costa Venezia et Costa Serena.

Concernant Celestyal Cruises, cette acquisition constitue une surprise car la compagnie, spécialisée dans les croisières à travers les îles grecques, connait une période très difficile. Comme les autres armateurs du secteur, elle est complètement à l’arrêt mais le fait que le gros de son activité annuelle se déroule de mars à octobre, et qu’une grande partie de sa clientèle est américaine, l’a contrainte à abandonner l’intégralité de sa saison 2020. Elle a ainsi annoncé fin juin que ses navires ne reprendraient du service qu’en mars 2021. Quant à sa maison-mère, elle est aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire puisque Louis est présent dans l’hôtellerie, la restauration, les voyages et les services aéroportuaires. Mais malgré une situation financière compliquée ces dernières années (qui l’avait d’ailleurs empêchée de mener à bien la commande de paquebots neuf comme elle le souhaitait), et des résultats 2020 qui seront catastrophiques, Celestyal est donc parvenu à s’offrir un nouveau navire. Il va lui permettre de rajeunir sa petite flotte, qui ne comprend plus que deux unités (l’ex-Louis Cruises exploitait une dizaine de bateaux à la fin des années 2000). Il faut dire que le prix n’a sans doute pas été aussi élevé que ce qu’il aurait été avant la crise du Covid-19.

 

Le Costa neoRomantica, dont le nouveau nom n'est pas connu, avec sa future livrée (© CELESTYAL CRUISES)

Le Costa neoRomantica, dont le nouveau nom n'est pas connu, avec sa future livrée (© CELESTYAL CRUISES)

 

Pour l’heure, la compagnie chypriote parle du Costa neoRomantica comme d’un « ajout à sa flotte ». Mais il y a fort à parier que ce nouveau paquebot va remplacer l’un de ses deux actuels navires. Ceux-ci sont, pour mémoire, le Celestyal Crystal (162 mètres, 25.600 GT, 470 cabines) ancien ferry datant de 1980 et converti en paquebot en 1990-92 ; ainsi que le vénérable Celestyal Olympia (214 mètres, 37.600 GT, 725 cabines) en service depuis 1982 mais sérieusement modernisé ces dernières années. La logique voudrait que l’Olympia sorte en premier de la flotte et, si tel est le cas, finisse probablement chez les ferrailleurs compte tenu de son âge.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Le Celestyal Olympia (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Celestyal Olympia (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Celestyal Crystal (© MARC OTTINI)

Le Celestyal Crystal (© MARC OTTINI)

 

Costa Croisières Louis Cruises