Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Le démantèlement de l’ex-Saône avance correctement

Défense

Alors que l’ancien bâtiment de débarquement de chars Dives va bientôt rejoindre le port de Brégaillon, à La Seyne-sur-Mer, les travaux de démantèlement sur l’ex-pétrolier-ravitailleur Saône  se déroulent correctement. Après la phase de sécurisation et de préparation, le chantier à proprement parler a commencé début juillet, environ un mois après la mise au sec de la vielle coque sur le dock-flottant RI-38 (le 5 juin). Des opérations qui, en dehors de la proue, ne sont pour le moment pas très visibles  puisqu’elles concernent essentiellement l’intérieur, avec comme priorité de traiter les parties amiantées en milieu confiné. Ce n’est qu’à l’issue de cette phase que la découpe et l’extraction de l’acier peuvent être menées à bien. Pour l’heure, une quinzaine de blocs ont été débarqués, les travaux de désamiantage ayant apparemment avancé significativement.

 

 

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'ex-Saône sur son dock flottant (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Manœuvre du dock pour laisser la place au MN Pelican

 

 

Le chantier a été marqué le 20 août par un appareillage du dock, qui devait libérer la place afin de permettre au MN Pelican, affrété par le ministère de la Défense, d’accéder au poste roulier de Brégaillon afin d’y débarquer du matériel et des conteneurs récupérés sur des théâtres d’opérations extérieures. Le déménagement fut néanmoins de courte durée puisque, dès le lendemain, le RI-38, pris en charge par le remorqueur Balaguier de la Marine nationale et le Toulonnais XVII de la SNRTM, regagnait son quai. L’opération n’a pas retardé les travaux, le projet incluant dès l’origine ce type de manœuvre. A l’avenir, le dock ne devrait même plus avoir besoin d’être déplacé puisqu’il va être repositionné sur le site de manière à laisser libre l’accès au poste roulier de Brégaillon.

 

 

Remorquage le 20 août (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Remorquage le 20 août (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Remorquage le 20 août (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Remorquage le 20 août (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Remorquage le 20 août (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Remorquage le 20 août (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Le MN Pelican à Brégaillon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le MN Pelican à Brégaillon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

L’ex-Dives attendue mi-septembre à Brégaillon

 

 

En tout, le démantèlement de l’ex-Saône (Q 622) doit prendre six mois, le RI-38 devant être libéré en janvier. C’est en effet à cette date que l’ex-Dives (Q 645) doit à son tour y être mis au sec. Pour le moment en attente dans la base navale de Toulon, l’ex-BDC doit rejoindre Brégaillon mi-septembre. C’est là que les travaux de sécurisation, de dépollution et de préparation du chantier de démantèlement seront menés par les équipes de Foselev et Topp Decide, titulaires du marché de déconstruction de ces anciens bâtiments de la Marine nationale. Le contrat comprend également le traitement d’une troisième coque, l’ex-BDC Argens (Q 641), qui rejoindra Bregaillon en 2014. En tout, le contrat porte sur une durée d’un an, soit six mois pour le Q 622 et trois mois pour le Q 645 comme le Q 641. Un travail complexe, qui nécessite une organisation très fine afin de traiter, en toute sécurité pour l’environnement, la population et les personnels travaillant à bord, des épaves contenant différents produits toxiques. Une fois extraits et conditionnés, ces derniers sont évacués vers des centres spécialisés dans le traitement des déchets dangereux, la ferraille et autres métaux étant quant à eux valorisés via la filière de recyclage. 

 

 

L'ex-Dives (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'ex-Dives (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Marine nationale