Défense
Le destroyer américain USS Zumwalt reçoit sa superstructure

Actualité

Le destroyer américain USS Zumwalt reçoit sa superstructure

Défense

Le chantier BIW (General Dynamics) de Bath a intégré avec succès l’imposante superstructure de l’USS Zumwalt (DDG 1000) sur la coque du futur destroyer américain. D’un poids de 900 tonnes pour une longueur de 47 mètres et une hauteur de 18 mètres, ce bloc en matériaux composites a été réalisé par l’usine Huntington Ingalls Industries de Gulfport puis transféré par barge jusqu’à Bath, où il a été posé le 14 décembre.

Premier d’une série de trois grands destroyers lance-missiles furtifs, l’USS Zumwalt, dont la construction a débuté en février 2009, en est aujourd’hui à 80% d’achèvement. Sa mise à flot est prévue en 2013 et sa livraison à l’US Navy l’année suivante.

 

La superstructure sur une barge lors du transfert (© : US NAVY)

La superstructure sur une barge lors du transfert (© : US NAVY)

 

Pose de la superstructure sur la coque (© : GENERAL DYNAMICS)

Pose de la superstructure sur la coque (© : GENERAL DYNAMICS)

 

Pose de la superstructure sur la coque (© : GENERAL DYNAMICS)

Pose de la superstructure sur la coque (© : GENERAL DYNAMICS)

 

Pose de la superstructure sur la coque (© : GENERAL DYNAMICS)

Pose de la superstructure sur la coque (© : GENERAL DYNAMICS)

 

Le DDG 1000 mesurera 185.9 mètres de long pour 24.4 mètres de large et affichera un déplacement de près de 15.000 tonnes en charge. Bien qu’appelé destroyer, il surclassera donc nettement les bâtiments américains de la même catégorie (les destroyers du type Arleigh Burke mesurent 155.3 mètres et présentent un déplacement de 9200 tonnes en charge) et même les croiseurs du type Ticonderoga (172.8 mètres, 9970 tonnes).

Armé par un équipage réduit (130 marins + le détachement aéronautique), l’USS Zumwalt a notamment été conçu pour les opérations côtières. Il embarquera 80 cellules de lancement vertical pour missiles Tomahawk, Harpoon, SM-3, ESSM et VLA, deux canons AGS de 155mm, deux pièces de 57mm, de l’artillerie légère et des tubes lance-torpilles. Le bâtiment pourra, en outre, embarquer un hélicoptère Seahawk et trois drones de type Fire Scout. Sa propulsion sera assurée par quatre turbines à gaz fournies par Rolls-Royce, dont deux MT30, offrant une puissance de 34.8 MW et une vitesse de 31 nœuds.

 

Le futur USS Zumwalt (© : US NAVY)

Le futur USS Zumwalt (© : US NAVY)

 

La construction de son premier sistership, le futur USS Michael Monsoor (DDG 1001), a débuté en 2010, le bâtiment devant être réceptionné par l’US Navy en 2016. Quant au troisième de cette classe, qui sera baptisé USS Lyndon B. Johnson (DDG 1002), sa livraison est prévue en 2018. La série, qui devait initialement comprendre 32 unités pour remplacer les anciens destroyers du type Spruance, s’arrêtera là, la marine américaine ayant renoncé à poursuivre ce programme en raison de son coût énorme. L’an dernier, le Pentagone estimait, en effet, que la facture des trois premiers Zumwalt devrait s’élever à 20 milliards de dollars, études comprises.

US Navy / USCG