Marine Marchande
Le doyen des pilotes français prend sa retraite

Actualité

Le doyen des pilotes français prend sa retraite

Marine Marchande

A l'aube de ses 70 printemps et après quatre décennies passées au syndicat des pilotes des ports de Marseille et du golfe de Fos, Jean-Xavier Pastinelli, le doyen et dernier capitaine au long cours des pilotes français, prend sa retraite. Il s'est arrêté le 1er juillet après avoir pis la barre de son dernier navire, le Kalliste, de La Méridionale, qui sous forme de clin d'oeil arrivait de Corse, sa terre natale. Du superpétrolier Batillus aux plus grands paquebots européens, en passant par un porte-avions nucléaire américain et une multitude de navires de commerce... Jean-Xavier Pastinelli a pris la barre de centaines de bateaux pour les guider de son oeil expert dans les chenaux, les passes, les bassins et les terminaux phocéens, qu'il connait évidemment par coeur. Né le 27 août 1942, ce Corse est originaire de Letia Saint-Martin, un village du sud de l'île d'où viennent, pour la petite histoire, plusieurs pilotes de Marseille et d'Ajaccio. « C'est un métier mais aussi une passion. Du coup, on en parle à la maison et ça donne des idées aux jeunes !», plaisante-il. C'est d'ailleurs en écoutant son père - qui était lui aussi pilote - raconter son travail que le jeune Jean-Xavier a décidé de devenir officier de la Marine marchande et plus tard de suivre ses traces. « Tout gosse, je l'entendais parler de pilotage, j'aimais la mer et on avait un voilier, j'ai toujours baigné là dedans ».

Jean-Xavier Pastinelli sur le Kalliste (© : PILOTES DE MARSEILLE)
Jean-Xavier Pastinelli sur le Kalliste (© : PILOTES DE MARSEILLE)

Dernière manoeuvre sur le Kalliste (© : PILOTES DE MARSEILLE)
Dernière manoeuvre sur le Kalliste (© : PILOTES DE MARSEILLE)

Premier embarquement sur le paquebot Provence en 1959

C'est à 17 ans qu'il réalise son premier embarquement. « C'était durant l'été 1959, j'étais encore au lycée et, pendant les vacances, mon père m'avait fait embarquer comme pilot (pilotin, qui était à l'époque ce qu'on appellerait aujourd'hui un stagiaire, NDLR) sur le paquebot Provence, de la SGTM, la Société Générale des Transports Maritimes, qui était basée à Marseille. Ce fut ma première initiation à la navigation », se souvient-il avec le sourire en repensant à différentes anecdotes de cette première immersion dans la vie de marin. Convaincu de vouloir embrasser ce métier, il entre en 1961 à l'Ecole de la Marine marchande de Marseille, qui était alors située à la Villa Valmer, sur la corniche. Pour sa seconde année d'études, en 1962/1963, il part au Havre et fait partie des premiers élèves de la nouvelle école installée à Sainte-Adresse. « Je me souviens qu'il y avait beaucoup de Méridionaux qui ne voulaient pas monter là haut. On était en internat, à quatre par chambre, sur des lits style militaire. C'était assez spartiate mais j'en garde de bons souvenirs, on a finalement bien rigolé au Havre ».

Le Richelieu et les dragueurs côtiers dans la Marine nationale

A la fin de sa deuxième année, comme tous les élèves de sa promotion, Jean-Xavier Pastinelli part naviguer. Il embarque, ainsi, sur les navires des Messageries Maritimes, sur les cargos et au pétrole, en commençant par l'Indus, pour une durée plus longue que prévue : « A l'époque, on a fait pas mal de temps d'élève car le secteur était complètement bouché et il n'y avait pas beaucoup de postes. On devait faire 6 à 12 mois d'embarquement normalement mais, en fait, on est restés 24 mois ». Vient

Port de Marseille