Pêche
Le Drezen s'installe sur le port de Lorient

Actualité

Le Drezen s'installe sur le port de Lorient

Pêche

De Concarneau à Lorient : Le Drézen, le fabricant n° 1 des filets et engins de pêche, envisage de transférer son atelier de préparation de câbles au port de Keroman. La mise en service est espérée début 2021.

Le vaste plan de reconquête des friches portuaires continue à porter ses fruits à Lorient. Un nouveau venu s’annonce au premier trimestre 2021 : Le Drézen, le fabricant n° 1 des chaluts, sennes, trémails et autres filets de pêche, va s’implanter au port de pêche de Keroman. Historiquement basée à Treffiagat (Sud-Finistère), près du Guilvinec, l’entreprise, qui compte 80 salariés, fait montre d’innovation dans la filière pêche depuis 1929.

À l’étroit à Concarneau

« Nous sommes à l’étroit dans notre atelier de Concarneau. L’établissement est devenu trop petit, il n’est plus adapté. Nous saisissons l’opportunité d’un terrain de 2 300 m² au port de pêche de Keroman pour déplacer une partie de notre activité », explique Max Dufour, le directeur général de l’entreprise, intégrée depuis 2012 au géant américain WireCo WorldGroup, leader mondial sur les métiers de la pêche et de l’aquaculture. L’idée est d’améliorer les conditions de sécurité, d’ergonomie et de travail de nos collaborateurs, en dimensionnant un bâtiment moderne pour tirer les câbles sur 30 m de long. Et ainsi continuer à accroître l’activité.

L’activité en question ? « C’est la préparation de câbles qui relient les engins de pêche aux bateaux », détaille le responsable. Une activité déjà développée à Lorient, au sein de la filiale Cobremap. « Une petite structure mal foutue, même pour un seul collaborateur. Nous avons donc envisagé plusieurs solutions : la fusion avec Concarneau, la réfection de l’atelier de Lorient, l’acquisition d’un établissement… Le projet mûrit depuis plus de trois ans, en lien direct avec la Sem Lorient-Keroman qui gère le port », confie-t-il.

Bientôt six salariés à Keroman

La société finistérienne a jeté son dévolu sur un terrain, rue Henry-Estier. Le projet est en bonne voie. Reste à le finaliser. « XSea, la société de financement qui dépend de Lorient Agglomération, a facilité le montage du dossier. Elle construira le bâtiment et nous le louera sur le long terme », précise Max Dufour.

À terme, le bâtiment - de 1 600 m2 à 1 800 m² - abritera six salariés. « L’idée est d’améliorer les conditions de sécurité, d’ergonomie et de travail de nos collaborateurs, en dimensionnant un bâtiment moderne pour tirer les câbles sur 30 m de long. Et ainsi continuer à accroître l’activité », poursuit le directeur général. « Nous connaissons une progression de 50 % depuis 2012. Dans ce nouveau bâtiment, nous allons créer trois lignes de production », complète-t-il.

« Lorient a du sens »

Une migration, synonyme d’embauches ? « La première étape est de consolider l’activité à effectif constant. Ensuite, pourquoi ne pas envisager des embauches, en fonction de l’accroissement d’activité », glisse Max Dufour, ravi d’étoffer le site de Keroman. « Lorient a du sens. Nous entretenons un partenariat de longue date avec la Scapêche. Nous avons l’ambition d’y développer un meilleur service pour les navires qui y sont installés ou y transitent. Les pêcheurs pourront ainsi disposer d’alternatives », imagine Max Dufour.

Un article de la rédaction du Télégramme