Défense
Le F-35B réalise son premier appontage sur un bâtiment de l'US Navy

Actualité

Le F-35B réalise son premier appontage sur un bâtiment de l'US Navy

Défense

Un grand jour l'US Navy, le Marine Corps et les industriels réunis autour de Lockheed Martin. Pour la première fois, l'avion à décollage court et appontage vertical F-35B s'est posé sur un bâtiment de la marine américaine. La manoeuvre s'est déroulée lundi, en Atlantique, à bord du porte-hélicoptères d'assaut USS Wasp (LHD 1), avec l'avion d'essais BF-02, aux commandes duquel était un pilote d'essais de l'US Marine Corps. « Ca s'est passé exactement comme nous l'avions prévu et cela a été possible grâce au travail et à la préparation menés par le Wasp et l'équipe JSF », a expliqué le lieutenant colonel Fred Schenk après son appontage sur le LHD. Le colonel Roger Cordell, du corps des Marines, s'est également montré enthousiaste : « Le premier appontage à la mer est un énorme jalon. Nous sommes encore tôt dans la période de tests, et nous espérons en apprendre beaucoup plus, mais nous franchissons un grand pas vers la livraison de cette nouvelle capacité à la flotte ».



Ce premier appontage vertical a marqué le début des essais initiaux à la mer du F-35B, une première phase prévue pour durer deux semaines à bord du Wasp. L'objectif est de tester l'appareil pour les appontages et décollages verticaux depuis le pont d'un navire à la mer. Cette campagne va également permettre d'évaluer le comportement du F-35B avec les systèmes de lancement du bâtiment, ainsi que son intégration dans les opérations de pont et dans le hangar. Enfin, ingénieurs et militaires profiteront de ces essais pour collecter des informations, notamment à l'aide de capteurs, afin de mesurer l'impact du F-35B sur le pont d'envol. En tout, trois campagnes d'essais à la mer sont pour le moment programmées.

L'USS Wasp, ici avec des MV-22 Osprey  (© : US NAVY)
L'USS Wasp, ici avec des MV-22 Osprey (© : US NAVY)

Premier appontage pour le F-35B  (© : US NAVY)
Premier appontage pour le F-35B (© : US NAVY)

Premier appontage pour le F-35B  (© : US NAVY)
Premier appontage pour le F-35B (© : US NAVY)

Remplacer les Harrier et Hornet du Marine Corps

Le F-35B (STOVL) est l'une des trois variantes du Joint Strike Fighter (JSF). Version conventionnelle, le F-35A (CTOL) est destiné aux forces aériennes, alors que le F-35C (CV) a été spécialement conçu pour mis en oeuvre sur porte-avions (train renforcé, ailes repliables, plus grande surface allaire...) Conçu pour les décollages et atterrissages verticaux, avec notamment une turbine orientable, le F-35B doit, quant à lui, être mis en oeuvre sur porte-hélicoptères d'assaut et porte-aéronefs dotés d'un tremplin. Au sein de l'US Marine Corps, il remplacera la flotte d'AV-8B Harrier et de F/A-18 Hornet. C'est en mars 2010 que le F-35B a réalisé son premier atterrissage vertical sur la base de Patuxent River, à partir de laquelle les tests sont menés. Et, en juillet dernier, Lockheed Martin a livré un cinquième avion d'essai de ce type, le BF-05.

Premier appontage pour le F-35B  (© : US NAVY)
Premier appontage pour le F-35B (© : US NAVY)

Moins de deux ans pour convaincre

Pour les sociétés impliquées dans le programme, Lockheed Martin en tête, les essais à la mer du F-35B sont cruciaux. Le développement de cette variante du JSF a, en effet, été particulièrement marquée par les problèmes techniques, les retards et, au final, les surcoûts. Au point que, début 2011, le gouvernement américain a donné deux ans aux industriels pour fiabiliser l'avion, dont les premières livraisons en série pour l'US Marine Cops étaient initialement prévues en 2012. Le F-35B est donc en période « probatoire » jusqu'en 2013, laps de temps durant lequel le Pentagone attend des progrès significatif. C'est pourquoi Lockheed Martin et ses partenaires ont, ces derniers mois, redoublés d'effort pour résoudre les difficultés et mener à bien le programme d'essais. En tout, 216 vols sont prévus cette année avec le F-35B.

Vue du futur porte-avions britannique (© : BAE SYSTEMS)
Vue du futur porte-avions britannique (© : BAE SYSTEMS)

Un programme international

Bien que piloté par les Américains, le Joint Strike Fighter est un programme international. Le F-35 doit, en effet, équiper les forces aériennes du Canada, du Danemark, d'Israël, de l'Italie, de la Norvège, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de la Turquie. En dehors de l'US Navy et de l'US Marine Corps, les deux versions navales intéressent également les partenaires des Etats-Unis. La Royal Navy doit, ainsi, se doter du F-35C pour équiper son futur porte-avions à l'horizon 2020. Quant aux marines italienne et espagnole, elles sont désireuses de remplacer par des F-35B les Harrier embarqués sur le porte-aéronefs Cavour et bâtiment de projection (BPE) Juan Carlos, respectivement à partir de 2016 et 2020. La version STOVL du JSF pourrait également intéresser des pays se dotant de porte-hélicoptères d'assaut compatible avec cet avion. On pense bien évidemment à l'Australie, qui a commandé deux unités dérivées du BPE espagnol, livrables en 2014 et 2015. La Turquie, qui projette de se doter d'un bâtiment de projection et est partie prenante au programme JSF, pourrait aussi en profiter pour disposer d'une aviation embarquée.

F-35B (© : LOCKHEED MARTIN)
F-35B (© : LOCKHEED MARTIN)

US Navy / USCG