Marine Marchande
Le ferry Finnjet peut-être sauvé de la casse

Actualité

Le ferry Finnjet peut-être sauvé de la casse

Marine Marchande

C'était le plus rapide de la Baltique... Construit en 1977 par les chantiers Wärtsilä d'Helsinki, le ferry Finnjet pourrait être in-extremis sauvé de la démolition. La municipalité d'Esbo, en Finlande, a annoncé son intention de racheter le navire de 213 mètres de long et 30.000 tonneaux de jauge. Le Finnjet pourrait être utilisé pour l'hébergement temporaire de réfugiés ou l'accueil de chercheurs. Pour la ville d'Esbo, il s'agirait également de préserver le passé historique que représente ce navire. Très connu dans les pays nordiques, le Finnjet était, au moment de sa construction, un bateau révolutionnaire. Doté de deux turbines à gaz Pratt & Whitney développant une puissance de 55.000 kW, il était à sa mise en service de ferry le plus rapide exploité en mer Baltique, avec une vitesse de pointe de 31 noeuds. Lancé au moment où éclatait la crise pétrolière, il subira le contrecoup de la hausse du prix du pétrole. Afin de diminuer sa facture énergétique, la propulsion sera convertie en 1981 avec l'adjonction de moteurs diesels.

Déployé pendant près de trente ans entre la Finlande et les pays baltes, le Finnjet fut affrété en 2005 par la faculté de médecine de Louisiane pour accueillir, les étudiants, la faculté et les enseignants déplacés par le cyclone Katrina. Il restera un an à quai à Baton Rouge. Quittant Silja Line pour passer dans la flotte de Sea Containers, le navire rejoindra les Bahamas où de nombreuses rumeurs circuleront sur son compte. On évoquait, alors, une transformation en casino flottant. Mais, acquis fin 2007 par une filiale du groupe néerlandais Club Cruise et rebaptisé Da Vinci, le ferry devait rejoindre les chantiers italiens Mariotti pour être converti en unité de croisière. Mais, la facture des travaux ayant été jugée trop salée par son nouveau propriétaire, le Finnjet a finalement été cédé aux ferrailleurs pour une dizaine de millions de dollars. Alors que le navire quittait Gênes le 6 mai pour mettre le cap sur la mer Rouge, la mobilisation s'organisait en Finlande pour le sauver des chalumeaux. Appuyés par de nombreuses pétitions en faveur de ce bateau qui a fait la fierté des chantiers finlandais, les élus locaux auraient accepté de débourser 11 millions de dollars pour récupérer le Finnjet.
Après le Rotterdam aux Pays-Bas, un autre pays européen va peut être parvenir à sauvegarder une partie de son patrimoine en matière de transport maritime. Alors qu'en Grèce, les autorités projètent de conserver un vieux paquebot et de le transformer en hôtel et musée flottant, une telle initiative n'a pas vu le jour en France, où certains souhaitaient conserver l'ancien liner du même nom, aujourd'hui en cours de ferraillage à Alang. Reste encore une chance avec l'ex-Mermoz des Croisières Paquet, dont le dernier propriétaire, Louis Cruises, a annoncé récemment sa vente aux démolisseurs...