Défense
Le Francis Garnier débarque son aide humanitaire à Port-au-Prince

Actualité

Le Francis Garnier débarque son aide humanitaire à Port-au-Prince

Défense

Le bâtiment de transport léger (Batral) Francis Garnier est arrivé avant-hier soir à Port-au-Prince. Immédiatement, il a accosté pour débarquer l'aide destinée aux sinistrés du tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier. Parti de la Martinique trois jours après le séisme, le navire de la Marine nationale a d'abord fait escale en Guadeloupe pour compléter son chargement. Au moment de son arrivée à Haïti, le Francis Garnier transportait une soixantaine d'hommes du 1er régiment du service militaire adapté (RSMa) et du 33ème Régiment d'infanterie de marine (Rima), ainsi qu'une équipe médicale. Côté matériel, le bâtiment a acheminé deux tractopelles, trois mini-pelleteuses, deux camions, un 4x4, une ambulance, 700 tentes et du fret humanitaires pour la Croix Rouge. Les engins de chantier vont servir aux marsouins qui vont participer aux travaux de déblaiement des rues de la capitale haïtienne. Une fois sa cargaison débarquée, le Batral s'est mis au mouillage devant Port-au-Prince, paré à apporter son soutien.

Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)
Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)

Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)
Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)

Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)
Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)

Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)
Arrivée du Francis Garnier (© : MARINE NATIONALE)

débarquement d'un tractopelle (© : MARINE NATIONALE)
débarquement d'un tractopelle (© : MARINE NATIONALE)

Outre ce navire, la Marine nationale compte également sur place un détachement de marins-pompiers (dont 5 médecins et 5 infirmiers), assurant la prise en charge quotidienne d'enfants et d'adultes blessés. Le psychologue du bataillon apporte également un soutien aux victimes.
Alors qu'une unité de plongeurs-démineurs (17 hommes) est partie de métropole lundi soir, le transport de chalands de débarquement Siroco traverse actuellement l'Atlantique. Il fera peut-être escale dans les Antilles pour charger du fret avant de rejoindre Haïti. Ce TCD dispose de 2 blocs chirurgicaux et 50 lits d'hospitalisation, de capacités de transport de fret (2000 tonnes), de passagers (2000) et de commandement. Il embarque également 4 hélicoptères (2 Puma, 2 Gazelle).

Le TCD Siroco (© : MARINE NATIONALE)
Le TCD Siroco (© : MARINE NATIONALE)

En dehors de la marine, la France a déployé d'autres moyens militaires depuis le 13 janvier. 7 aéronefs ont été engagés, soit 5 avions de transport tactique (3 Casa et 2 C-130 Hercule), un Airbus A310 et un hélicoptère Puma (déployé à Haïti). Ces moyens aériens sont renforcés par un Dash 8 de la Sécurité civile, cette dernière ayant également un détachement des UISC (unités d'intervention de la Sécurité civile) sur place. Aux côtés des marins-pompiers, des marsouins et du RSMa, un détachement de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris est engagé.
Hier, l'état-major des armées indiquait qu'en une semaine, plus de 500 personnes ont été acheminées, notamment de la sécurité civile et de la gendarmerie. 61 tonnes de fret ont été transportées en 22 rotations aériennes. Les avions militaires, sur les transits de retour, ont rapatrié 600 ressortissants français aux Antilles.

Deux Hercule de l'armée de l'Air sont engagés (© : SIRPA AIR)
Deux Hercule de l'armée de l'Air sont engagés (© : SIRPA AIR)

Marine nationale