Défense
Le Georges Leygues rentre à Brest

Actualité

Le Georges Leygues rentre à Brest

Défense

Plus de 4 mois après son appareillage de Brest, le 4 mars, la frégate Georges Leygues est rentrée mercredi 21 juillet en Bretagne. Le navire a accompagné le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre pour la première édition de la « Mission Jeanne d'Arc ». Ce déploiement annuel, auquel participe le Georges Leygues et l'un des BPC de la Marine nationale, a notamment pour but de prendre la relève du Groupe Ecole d'Application des Officiers de Marine (GEAOM), articulé durant 46 ans autour du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, désarmé cette année.
Méditerranée, mer Rouge, océan Indien... Le Tonnerre et le Georges Leygues ont embarqué 140 officiers élèves, dont 17 officiers étrangers et 10 officiers de l'armée de Terre dans un contexte opérationnel interarmées et international. Les OE ont notamment participé à la lutte contre le terrorisme et la piraterie au large des côtes somaliennes (opération Atalante). « En navigant loin, longtemps et en équipage, ils auront découvert la réalité physique et humaine de l'Océan Indien et la coopération avec les marines des Etats riverains de la zone », explique la Marine nationale.

Comme au temps de la Jeanne d'Arc, le déploiement au côté du bâtiment principal d'un second navire (qu'on appelait la « conserve », fonction que le Georges Leygues a assuré de 1999 à 2009) permet les exercices de groupe et, notamment, les manoeuvres de préparation au ravitaillement à la mer. La frégate avait, de plus, pour mission d'escorter le BPC, gros bâtiment très polyvalent mais faiblement armé.
Tête de série des 7 frégates du type F70 ASM, le Georges Leygues, construit par DCNS à Brest, est entré en service en décembre 1979. Longue de 139 mètres pour un déplacement de 4800 tonnes en charge, cette frégate est spécialisée dans la lutte anti-sous-marine (mais n'a pas été modernisée au niveau de ses sisterships en raison de sa fonction de conserve). Conduite par un équipage de 244 marins, elle dispose de 4 missiles antinavire Exocet MM38, un système surface-air Crotale, deux emplacements pour systèmes Simbad, une tourelle de 100mm, deux canons de 20mm, des mitrailleuses de 12.7mm et deux tubes lance-torpilles. Le bâtiment compte également une plateforme et un hangar pour hélicoptère.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française