Défense
Le groupe aéronaval russe en route pour la Syrie

Actualité

Le groupe aéronaval russe en route pour la Syrie

Défense

Attendu depuis plusieurs mois, le déploiement du groupe aéronaval russe vers la Méditerranée a débuté. Emmenée par le porte-avions Kuznetsov, cette force, partie de la base de Severomorsk, près de Mourmansk, est entrée vendredi en Manche, doublé samedi la pointe Bretagne et poursuit sa route vers Gibraltar, son passage le long des côtes portugaises étant prévu ce lundi.

Cette année, le groupe aéronaval russe est particulièrement puissant puisqu’il comprend 7 bâtiments de surface et un sous-marin, dont le Kuznetsov, le croiseur nucléaire Petr Velikiy (type Kirov) ou encore les destroyers vice-admiral Kulakov et Severomorsk (type Udaloy), le pétrolier-ravitailleur Sergey Osipov et le remorqueur de haute mer Nikolay Chiker (qui avait assisté le Kuznetsov en avarie totale de propulsion dans le golfe de Gascogne en février 2012). Deux autres unités russes (corvettes ou frégates), venant du sud du Portugal, se seraient ajoutées au groupe.

 

Le Kuznetsov (© : MARINE RUSSE)

Le Kuznetsov (© : MARINE RUSSE)

Le HMS Duncan suivant le groupe aéronaval russe (© : ROYAL NAVY)

Le HMS Duncan suivant le groupe aéronaval russe (© : ROYAL NAVY)

 

Depuis son passage au large de la Norvège, la flottille russe, qui fait route normalement et sans action hostile, est suivie de près par les pays de l’OTAN, qui ont mobilisé d'importants moyens navals et aériens.  Les Britanniques ont ainsi dépêché à sa rencontre, en mer du Nord, le destroyer HMS Duncan et la frégate HMS Richmond, alors que le Portugal annonçait samedi qu’il allait consacrer au suivi des bâtiments russes une frégate et un avion de patrouille maritime. Comme toujours, il s'agit essentiellement de posture et de communication, les Russes affirmant leur droit à circuler dans les eaux internationales, en passant sciemment par le détroit du Pas-de-Calais, et les Européens montrant leur détermination à protéger leurs approches maritimes.  

 

Le Kuznetsov suivi lors de son passage au large des côtes britanniques en 2014 (© : ROYAL NAVY)

Le Kuznetsov suivi lors de son passage au large des côtes britanniques en 2014 (© : ROYAL NAVY)

 

Souvent présenté comme une nouvelle « démonstration de force » de la part de Vladimir Poutine, le déploiement du Kuznetsov et de son escorte en Méditerranée est loin d’être une première. Ces missions sont même devenues régulières au fil des années. Cependant, l’actuel déploiement intervient dans un contexte très particulier, celui du conflit en Syrie, où Moscou et Occidentaux s’accusent mutuellement de crimes de guerre. La présence du groupe aéronaval devant les côtes syriennes et à Tartous, unique point d’appui russe en Méditerranée, va permettre de renforcer significativement les capacités militaires russes dans le secteur. Avec notamment, au-delà du groupe aérien embarqué (dont des MiG-29K et Su-33) par le porte-avions, de puissants moyens de détection, de défense aérienne et d’action vers la terre grâce aux missiles de croisière embarqués par plusieurs bâtiments.

 

Marine russe