Défense

Actualité

Le groupe amphibie quitte Brest pour la quatrième mission Jeanne d’Arc

Formé du bâtiment de projection et de commandement Tonnerre, ainsi que de la frégate Georges Leygues, le groupe amphibie de la Marine nationale a quitté Brest le 6 mars dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc 2013. Ce déploiement annuel permet à une force navale articulée autour d’un BPC d’effectuer différentes missions opérationnelles et exercices avec des marines alliées, en y intégrant les officiers élèves qui réalisent ainsi leur stage d’application à la mer dans un univers interarmées et international.  Car, à l’image des anciennes campagnes de l’ex-porte-hélicoptères Jeanne d’Arc (1964 – 2010), la « promotion » intègre différentes nationalités. Ainsi, sur les 133 OE embarqués cette année, on trouve 89 enseignes de vaisseau de l’Ecole navale, 10 médecins des armées, 8 commissaires-élèves et 8 élèves administrateurs des Affaires maritimes. Mais aussi 18 officiers élèves étrangers issus de 15 nations (Allemagne, Arabie Saoudite, Belgique, Bénin, Brésil, Cameroun, Espagne, Indonésie, Koweït, Madagascar, Malaisie, Maroc, Pays-Bas, Royaume-Uni, Togo). Comme sur l’ancien bâtiment école de la Marine nationale, un détachement de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) est également présent, avec des hélicoptères Gazelle et Puma, s’ajoutant à une Alouette III de l’aéronautique navale (escadrille 22S).

 

 

Le Tonnerre quittant Brest (© : MICHEL FLOCH)

 

Le Tonnerre et le Georges Leygues quittant Brest (© : MICHEL FLOCH)

 

Le Tonnerre quittant Brest (© : MICHEL FLOCH)

 

Le Georges Leygues quittant Brest (© : MICHEL FLOCH)

 

Le Tonnerre et le Georges Leygues quittant Brest (© : MICHEL FLOCH)

 

 

Mais la mission Jeanne d’Arc, qui en est à sa quatrième édition, va plus loin dans le domaine l’ « interarmisation » puisque le BPC affecté chaque année à ce déploiement accueille aussi un groupe tactique embarqué de l’armée de Terre. Ainsi, on trouve à bord du Tonnerre 300 hommes et une cinquantaine de véhicules (VBL, VAB, chars AMX 10 RC…) provenant de la 6ème Brigade légère blindée (6ème BLB), et notamment du 2ème Régiment étranger d’infanterie (2ème REI).  Cette force peut être projetée à terre au moyen des hélicoptères et des engins de débarquement abrités dans le radier du Tonnerre, soit un EDAR (engin de débarquement amphibie rapide) et deux CTM (chalands de transport de matériel).

 

 

Le Tonnerre à Portsmouth (© : MARINE NATIONALE - SEBASTIEN CHENAL)

 

Débarquement d'un AMX10 RC par un EDAR (© : MARINE NATIONALE - SE. CHENAL)

 

 

Une première manœuvre amphibie a d’ailleurs eu lieu lors du passage du Tonnerre et du Georges Leygues à Portsmouth, les 8 et 9 mars. Après cette première étape au Royaume-Uni, les 800 marins et soldats du groupe Jeanne d’Arc vont, ensuite, gagner la Méditerranée, puis la mer Rouge et l’océan Indien. Trois autres exercices amphibies d’importance croissante sont notamment prévus au Liban, en Jordanie puis à Djibouti. Les bâtiments seront ensuite intégrés à l’opération européenne Atalante de lutte contre la piraterie, puis mèneront des actions de coopération et de soutien à l’exportation en Inde, au Vietnam, en Malaisie et à Singapour. Un programme qui, bien entendu, peut être amené à évoluer en cas d’impératifs opérationnels. Le retour en France du groupe est prévu au mois de juillet.

 

 

La mission Jeanne d'Arc 2013 (© : EMA)

 

Marine nationale