Marine Marchande
ABONNÉS

Actualité

Le Guerveur veut s'ancrer à Lorient

Marine Marchande

Ancien bateau courrier de Belle-Île pendant 40 ans, sorti des chantiers de la Perrière en 1966, Le Guerveur, repris en 2009, a trouvé une nouvelle vocation, en accueillant des événements. Les propriétaires souhaitent l'ancrer à nouveau à Lorient.

« Un avenir à Lorient pour ce navire ! ». Patrick Boisseau, commandant du Guerveur, est on ne peut plus clair sur sa volonté de voir à nouveau le bateau amarré au coeur de la ville aux cinq ports. Construit en 1966 aux chantiers de La Perrière à la demande du Conseil général du Morbihan, Le Guerveur (45 m de long, 10 m de large) a, pendant 40 ans, ravitaillé Belle-Île-en-Mer en courrier et passagers, avant d'être racheté, en 2009, par la société Augéfi. Ses nouveaux propriétaires décident alors de le transformer en yacht événementiel, tout en conservant sa ligne et les traces de son activité historique. C'est à Arzal que Le Guerveur entame sa seconde vie, de 2011 à 2016. Depuis sa reconversion, il a accueilli le Bolloch Breizh Tour, des événements corporate au club K pendant le Festival interceltique et des séminaires professionnels. Historiquement lié à Lorient, le navire s'offre un lifting de 100.000 € aux chantiers navals, à l'anneau de Keroman. « Cela bénéficie aux sociétés locales », indique Yasmina Le Forestier, représentante pour l'armateur.

Une volonté commune

« Ambassadeur de la maritimité de Lorient, Le Guerveur, grâce à sa reconversion réussie, est une opportunité pour la ville », ajoute le commandant. Il y a eu des discussions avec la Chambre de commerce, la Région, et des discussions avec des élus lorientais. On sent une volonté commune. Mais est-ce que, pour autant, le bateau retrouvera Lorient comme port d'attache ? C'est en tout cas le voeu le plus cher des propriétaires. Nous espérons une réponse rapide, et évidemment positive. Faute de quoi, Le Guerveur devra partir en quête d'un autre port. Et je doute qu'il revienne ici un jour, si cela devait être le cas ».

Les hypothèses

Actuellement amarré au port de pêche, quai Michel-Tonnerre, l'équipage, composé de cinq marins, sait que la solution est temporaire. « Tout cela est une question de faisabilité », explique Stéphanie Roos-Faujour, de l'agence de communication Sea to Sea. C'est un bateau qui, par définition, reçoit du public (séminaires, mariages, anniversaires), avec une capacité allant jusqu'à 200 personnes (il est également équipé de trois belles chambres). Le port de commerce, ça serait super. Le centre-ville, l'idéal ! ». Pour Patrick Boisseau, « il faut avoir une vraie place attitrée à Lorient. Nous pouvons partir à Belle-Île, Saint-Nazaire, Nantes et d'autres ports, mais il nous faut une base de retranchement ». Dans un premier temps, toutes les équipes travaillant autour du Guerveur se satisferaient déjà d'une place, avant, dans l'absolu, d'en obtenir une pérenne, qui puisse également permettre de recevoir du public à quai, avec un parking à proximité.

À la conquête du public

La semaine dernière, le bateau a reçu l'assemblée générale du cluster Bretagne Pôle Naval, avec 160 convives à bord. « Tous étaient enchantés », assurent les équipes. Et hier soir, de nombreux professionnels de l'organisation et de l'accueil d'événements du pays de Lorient sont également venus y passer un début de soirée, afin de repérer la configuration de l'ancien courrier. Le Guerveur est désormais dans l'attente d'une réponse positive. Au risque de tourner définitivement le dos aux chantiers qui lui ont donné naissance.

Un article de la rédaction du Télégramme

Voir notre reportage complet sur le refit du Guerveur

Port de Lorient