Vie Portuaire
Le Havre accueille un nouveau roulier géant d’Höegh Autoliners

Actualité

Le Havre accueille un nouveau roulier géant d’Höegh Autoliners

Vie Portuaire

Après le Höegh Target, plus grand PCTC (Pure Car & Truck  Carrier) du monde, en septembre dernier, le port du Havre a accueilli cette semaine le premier de ses cinq sisterships, le Höegh Trigger. En provenance d’Anvers, l’imposant navire de l’armement norvégien Höegh Autoliners est arrivé mardi matin et effectué ses opérations au terminal roulier le lendemain. Une petite escale cette fois puisque « seuls » 150 véhicules ont été chargés et 56 autres débarqués dans le cadre d’un transit vers une autre ligne (contre 700 véhicules manutentionnés lors de la venue du Höegh Target). Ayant en réalité déjà quasiment rempli ses garages dans les autres ports nord-européens déjà desservis, le Höegh Trigger a ensuite fait escale à Southampton, d’où il est parti hier pour rejoindre le port espagnol de Santander. De là, il partira pour l’Afrique du sud, le Mozambique, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Une capacité de 8500 CEU

Adoptant comme son aîné un design conçu par Deltamarin, le Höegh Trigger a été réalisé par le chantier chinois Xiamen Shipbuilding Industries. Long de 199.9 mètres pour 36.5 mètres de large, avec un tirant d’eau de 9.35 mètres, le navire présente une surface de pont de 71.400 m², avec une hauteur de porte de 6.5 mètres et une rampe arrière d’une capacité de 375 tonnes ainsi qu'une rampe de bordé de 22 tonnes. Le Hoegh Target peut transporter jusqu’à 8500 véhicules (Car Equivalent Unit – CEU). Ceux-ci sont disposés sur 14 ponts cargo, le navire disposant en outre de 5 ponts amovibles dédiés aux voitures. En plus des véhicules, les nouveaux rouliers de cette classe permettent de prendre en charge plus facilement des colis lourds grâce à la très forte capacité de leur rampe arrière (généralement, elle ne supporte sur les navires traditionnels « que » 150 tonnes) et la hauteur du pont principal (habituellement 5 mètres).

 

Le Höegh Target au Havre en septembre 2015 (© : 

Le Höegh Target au Havre en septembre 2015 (© : FABIEN MONTREUIL)

 

Des lignes vers l’Afrique du sud, l’Océan Indien et l’Oceanie 

Le navire est exploité sur l’un des deux services d’Höegh Autoliners qui propose deux rotations mensuelles vers l’Afrique du sud, l'océan Indien, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Le trafic d’Höegh Autoliners a représenté 56 escales l’an dernier. Cela représente 54.000 unités chargées et 2200 débarquées. Les navires transportent notamment des véhicules neufs pour PSA Peugeot Citroën, Opel ou encore Ford, des voitures de particuliers vers La Réunion, des camions et engins de travaux publics, ainsi que des colis lourds sur remorques.

A ce trafic s’ajoute aussi celui d’Euro Marine Logistics (EML), filiale shortsea d’Höegh et MOL, qui a généré au Havre une soixantaine d’escales en 2015, soit 40.000 unités embarquées et 6400 débarquées. Avec deux flux hebdomadaires à l’import : les Renault produites en Turquie et les Dacia venant du Maroc via Tanger. Les embarquements concernant quant à eux des véhicules à destination de Zeebrugge, Barcelone, Livourne ou encore Tanger, la Grèce et la Turquie.

 

Terminal roulier au Havre (© : 

Terminal roulier au Havre (© : GPMH)

 

Concurrence du sud et du nord

Alors que le trafic roulier global d’Haropa (Le Havre et Rouen) a représenté en 2015 quelques 300.000 véhicules, en hausse de 7% par rapport à 2014, l’activité émanant d’Hoëgh a connu un certain fléchissement au Havre ces dernières années. Une situation qui s’explique par la perte en 2013, par le port normand, du trafic de voitures Nissan (EML), parti vers Zeebrugge (il représentait 60 escales par an) mais aussi une évolution dans les pratiques des armateurs. « Les chargements sont consolidés et les escales optimisées. Beaucoup plus de volumes transitent aussi par Tanger, qui sert de hub roulier. Par exemple, les productions turques et marocaines passaient avant par Le Havre avant d’aller aux Antilles. Aujourd’hui, elles passent par Tanger », explique-t-on chez Marmedsa, le groupe espagnol qui est depuis 2012 consignataire au Havre d’Hoëgh, EML et Glovis. 

Port du Havre