Vie Portuaire
Le Havre : Lancement du projet RORO MAX

Actualité

Le Havre : Lancement du projet RORO MAX

Vie Portuaire

Le Grand Port Maritime du Havre et ses partenaires ont lancé officiellement, le 10 juin, le projet RORO MAX, qui vise à développer la compétitivité et le trafic du terminal roulier. Autorité portuaire, manutentionnaires, logisticiens, gestionnaires de parc, laboratoires et écoles d'ingénieurs... Cette initiative, qui se veut collaborative, est le fruit d'une synergie entre tous les intervenants de la chaîne logistique. « Au Havre, nous avons fédéré l'ensemble des acteurs autour de ce projet avec un triple objectif : développer les trafics pour atteindre 500.000 véhicules neufs en 2015, être reconnu comme port de référence en Europe, développer les services et la valeur ajoutée pour attirer de nouveaux clients », expliquee Laurent Castaing, président du Directoire du GPMH. Ainsi, comme le souligne Christian de Tinguy, Président du GEMO (Groupement Employeur de Main-d'oeuvre) : « Loin d'être un projet béton, ce projet associe les travailleurs portuaires et les entreprises privées : c'est un signe fort. Il associe également trois éléments majeurs que sont la fiabilité, la compétitivité et la qualité de service ».

Une organisation plus performante issue du travail collaboratif

Le projet prévoit la mise en place de nouvelles infrastructures pour atteindre une surface de 100 hectares sur l'ensemble du terminal. Au niveau du fonctionnement et de l'organisation, les process administratifs et douaniers seront simplifiés et harmonisés. RORO MAX permettra aussi la création de nouvelles offres de services liant efficacité (nouvelles prestations à valeur ajoutée, développement de l'intermodalité et de l'Axe Seine) et ergonomie grâce à l'apport des nouvelles technologies.
Réflexions et expérimentations seront impulsées par quatre groupes de travail pilotés par le Centre Régional, d'Innovation et de Transfert de Technologie (CRITT) jusqu'à fin 2012. Aurélien Bertelle, chef du projet pour le CRITT T&L (Transport et Logistique), a évoqué vendredi dernier leurs missions. Le premier « work package » travaillera directement sur le terrain pour mieux répondre à la gestion des flux physiques tandis que le second analysera la gestion des d'informations et la manière de les optimiser. Le 3ème groupe aura pour but de faire évoluer la stratégie d'offre logistique et de la « supply chain » automobile. Enfin, le dernier veillera à l'amélioration continue du projet afin de généraliser les meilleures pratiques issues des retours d'expérience.

Création de 450 emplois espérée

« RORO MAX est une démarche innovante, un enjeu emploi fort et un vrai challenge pour le territoire » précise Hervé Cornède, directeur commercial du GPMH. Le projet devrait en effet créer à terme environ 150 emplois sur le terminal roulier et plus de 300 en région. De plus, l'impact du projet irriguera tout le tissu économique local, comme l'explique Bernard Lemoine, représentant de l'Etat : « RORO MAX est un phare qui s'allume dans la Région qui repose sur le tripode : entreprises, salariés et R&D. Il entraîne un flot de PME dans un cran de compétitivité supplémentaire, d'autant que la logistique représente un vrai challenge pour l'emploi régional. » Enfin, Guillaume Bachelay, vice-président de la région Haute-Normandie, a souligné les perspectives futures qu'offrent RORO MAX : « Ce projet est un bon projet parce qu'il est collectif, ambitieux, exigeant et innovant et qu'il renforce des filières industrielles structurantes d'avenir pour l'économie régionale et le territoire (logistique, automobile...). Nous le soutenons parce qu'il correspond à notre conception de la compétitivité. En effet, il réunit l'innovation et une progression de la valeur ajoutée, de la qualité et des services. A ce titre, il offre une montée en gamme et une prestation améliorée et va dans le sens de l'histoire ».

Port du Havre