Vie Portuaire
Le Havre : Les convois de vieilles coques de la marine se succèdent

Actualité

Le Havre : Les convois de vieilles coques de la marine se succèdent

Vie Portuaire

Des dizaines de vieilles coques de la Marine nationale ont rejoint ces dernières semaines le port du Havre en vue d’être démantelées. Depuis le 18 février, quatre convois ont quitté Brest pour gagner la Normandie (les trois derniers étant partis les 25 mars, 3 avril et 23 avril), un autre devant s’ébranler cette semaine de la Cité du Ponant, si la météo le permet. Suivra un ultime convoi, sans doute d’ici la fin du mois, ainsi que le remorquage de l’ex-barge Rascasse de la Direction Générale de l’Armement (une autre barge condamnée a été conduite début mars au Havre). En tout, 36 vielles vedettes de 3 à 16 tonnes et divers engins de 45 à 120 tonnes (chalands, barges, citernes, bugalets…) ont déjà quitté Brest, 8 autres devant partir d’ici la fin du mois de mai. Ces coques sont pour l’essentiel transportées sur la barge Navy Blue International, tractée par le remorqueur RM Moulis. Elles seront démantelées par la société havraise Gardet et de Bezenac Recycling dans le cadre d’un contrat notifié en décembre 2012 par le Service de Soutien de la Flotte (SSF). Ce marché comprend non seulement les 44 coques brestoises, mais aussi 6 autres provenant de Cherbourg et déjà arrivées au Havre.

 

 

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

 

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

 

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

 

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

Le dernier convoi, arrivé le 6 mai au Havre (© FABIEN MONTREUIL)

 

 

Le début d’une longue liste de départs à la déconstruction

 

 

En quelques semaines, la Marine nationale se sera débarrassée de la flottille de bateaux fantômes qui pourrissait au fond de la Penfeld, à Brest. L’élimination des vestiges navals du siècle dernier est, toutefois, loin d’être achevée. D’abord, un flux régulier de petites unités restera à éliminer au fil des années et des prochains désarmements. Mais surtout, il reste encore à traiter les gros bâtiments retirés du service, qui sont nombreux en Bretagne. On pense à l’ex-porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, à l’ancien croiseur Colbert, aux antiques escorteurs d’escadre, frégates, avisos, avisos-escorteurs, patrouilleurs et autres bâtiments de soutien qui stationnent dans la base navale de Brest, à Landévennec, à Lanvéoc-Poulmic ou encore à Lorient. Différents appels d’offres sont lancés pour ces grosses bailles, les quatre premières devant partir à la déconstruction fin 2014/débit 2015. Il s’agirait des ex-escorteurs d’escadre Duperré (mis en service en 1957 et désarmé en 1992) et La Galissonnière (1958 – 1990), de l’ex-aviso-escorteur Enseigne de Vaisseau Henry (1965 – 1996) et de l’ex-aviso Détroyat (1977 - 1997). Tous les quatre sont en attente à Landévennec.

 

 

Les ex-La Galissonnière et Dupérré à couple du Colbert  (© MICHEL FLOCH)

Les ex-La Galissonnière et Dupérré à couple du Colbert  (© MICHEL FLOCH)

 

Les ex-EV Henry et Détroyat (© MICHEL FLOCH)

Les ex-EV Henry et Détroyat (© MICHEL FLOCH)

 

Port du Havre Marine nationale