Marine Marchande

Actualité

Le Havre : MSC baptise un mastodonte de 19.200 EVP

Marine Marchande
Vie Portuaire

Le MSC Sveva, l’un des plus grands porte-conteneurs du monde, a été baptisé hier au Havre. Avec ses 395.5 mètres de long, 59 mètres de large, 16 mètres de tirant d’eau maximum et 19.224 EVP de capacité, c’est le plus gros navire inauguré en France depuis 40 ans. Le record date en effet de l’époque des superpétroliers construits à Saint-Nazaire, dont la tête de série, le Batillus, avait été baptisée au nouveau terminal d’Antifer en juin 1976.

 

Le MSC Sveva (© MSC)

 

Cinquième géant de la classe Oscar

Cette fois, c’est donc sur la coque de l’un des symboles de la mondialisation des échanges commerciaux que la traditionnelle bouteille de champagne a été brisée. Livré par les chantiers sud-coréens Daewoo ou groupe suisse Mediterranean Shipping Company en octobre 2015, le MSC Sveva, qui porte le prénom de sa marraine, fille de Gianni Onorato, directeur général de MSC Cruises, est le cinquième porte-conteneurs de la classe Oscar, dont la tête de série est entrée en flotte en janvier 2015. Ces géants sont exploités sur le service Asie-Europe de MSC, sur lequel les marchandises acheminées vers Le Havre arrivent en 24 jours depuis le port chinois de Yantian et en 28 jours au départ de Shanghai. « Les liaisons par barges proposées par MSC entre Le Havre et Rouen permettent également aux importateurs de disposer de très bons temps de transit avec des procédures douanières facilitées, adaptées au transport fluvial. Ces solutions de transport fluvial sont étendues sur l’ensemble de l’axe Seine et en particulier au port de Gennevilliers qui concentre une part très importante des importations en provenance d’Asie », précise la compagnie, qui est devenue le principal clients du Havre, premier port français pour le trafic conteneurisé.

 

Le MSC Sveva (© MSC)

 

Leader au Havre

Présent depuis longtemps dans l’estuaire de la Seine, l’armement, fondé en 1970 par Gianluigi Aponte, a choisi de faire du port du Havre l’une de ses plateformes portuaires majeures en Europe de l’Ouest. Historiquement implanté au terminal de Bougainville, MSC a décidé en 2011 d’investir dans un nouveau hub à Port 2000. Pour cela, la compagnie s’est associée avec l’opérateur de manutention Terminaux de Normandie (groupe Perrigault) dans les sociétés SETO et TNMSC. Quelques 160 millions d’euros ont été investis dans ce projet, qui a vu l’équipement de 1400 mètres de postes à quai, avec sept portiques pour manutentionner les conteneurs. L’objectif était notamment de pouvoir accueillir les plus grands navires du monde, ce qui est chose faite. « MSC, qui a ouvert son bureau du Havre en 1993, est aujourd’hui dans ce port le premier armement en nombre d’escales et en volumes, avec une part de marché de 25% à l’export et de 21% à l’import. Quatre nouvelles lignes ont été ouvertes en 2015 afin de consolider les transbordements au Havre et, en 2016, le groupe atteindra sans doute son objectif d’atteindre un trafic d’un million d’EVP (équivalent vingt pieds, taille standard du conteneur, ndlr) », souligne Erminio Eschena, directeur des affaires institutionnelles de MSC France. 

 

Le terminal TNMSC de Port 2000 (© PORT DU HAVRE)

 

Premier investisseur privé en France

L'armateur, qui aligne à ce jour, selon les statistiques d’Alphaliner, 497 porte-conteneurs totalisant une capacité de près de 2.8 millions d’EVP, emploie 24.000 personnes et est présent dans 150 pays, au travers de 480 succursales. En France, il travaille avec tous les grands ports et compte 560 salariés, dont 370 au Havre, parmi lesquels 280 dans son agence normande.  

Basé à Genève, le groupe, même s’il n’est pas français, est en fait le premier armateur à investir dans l’Hexagone. Non seulement dans le transport maritime, mais surtout dans la construction navale, les chantiers de Saint-Nazaire ayant réalisé les 12 paquebots que MSC Croisières exploite actuellement. Et huit autres géants doivent sortir de l’estuaire de la Loire entre 2017 et 2026. 

 

Le MSC Meraviglia en construction à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

7 milliards d’euros et 70 millions d’heures de travail pour Saint-Nazaire

Après avoir investi dans sa flotte 5 milliards d’euros entre 2003 et 2013, en avoir engagé 3 milliards supplémentaires pour les quatre unités des types Meraviglia et Meraviglia + actuellement en construction, puis environ 4 milliards de plus dans les quatre futurs World Class, MSC est devenu, au titre des grands contrats à l’export, le premier investisseur privé en France. Rien que pour les projets en cours dans son activité croisière, le groupe prévoit d'apporter « en France un chiffre d’affaires export de l’ordre de 7 milliards d’euros, et 70 millions d’heures de travail, soit plus de 3000 emplois équivalent temps plein pendant 12 ans ». D'où une visibilité de plus en plus forte de l'entreprise, aujourd'hui reconnue, jusqu'à la présidence de la République, comme l'un des principaux partenaires économiques du pays dans le secteur maritime. « MSC est un acteur économique important pour la France, d’un point de vue industriel, des investissements, du loisir et bien sûr de l’emploi. Le fait de baptiser le MSC Sveva au Havre est l’occasion d’affirmer ce rôle, qui a été reconnu en avril dernier au plus haut sommet de l’Etat (lorsque François Hollande a reçu à l’Elysée les dirigeants de MSC et que le projet World Class y a été annoncé, ndlr). Et ce sera encore le cas l’année prochaine puisque c’est au Havre que sera baptisé le nouveau fleuron de MSC Croisières ».

 

Le futur MSC Meraviglia © MSC CRUISES)

 

Le MSC Meraviglia baptisé au Havre en juin 2017

En cours de construction chez STX France à Saint-Nazaire, le MSC Meraviglia, qui sera mis à l’eau début septembre, verra donc la ville et le port du Havre accueillir les grandes festivités prévues pour son baptême, qui se déroulera le 3 juin 2017. Un évènement qui sera aussi l’occasion de célébrer le 500ème anniversaire de la création du port du Havre par François Ier, en 1517.

Plus gros paquebot commandé jusqu’ici par l’armateur italo-suisse, ce navire de 315 mètres de long et 167.600 GT de jauge comptera 2246 cabines. Il sera suivi d’un sistership en 2019 puis, la même année, du premier de deux unités agrandies, les Meraviglia + (331 mètres, 177.100 GT, 2444 cabines), le second bateau de ce type étant attendu en 2020. Viendront ensuite les quatre World Class (environ 200.000 GT pour 2750 cabines), dont la commande doit être signée dans les mois qui viennent. Ces géants doivent être livrés par les chantiers nazairiens en 2022, 2024, 2025 et 2026. 

 

Paquebot de MSC à Marseille (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

165.000 croisiéristes français l’an dernier

Tous ces nouveaux navires permettront à MSC Cruises de poursuivre son développement à travers le monde, et bien entendu en France, considérée comme un marché stratégique. La compagnie, qui y a connu ces dernières années des taux de croissance très importants (de l’ordre de 30%) a encore enregistré l’an dernier, et ce sans hausse de capacité, une augmentation de 10%, lui permettant d’accueillir 165.000 passagers. En France, le grand port d’embarquement de la compagnie demeure Marseille, que ses navires fréquentent plusieurs fois par semaine. Mais MSC s’est aussi développée dans d’autres régions, en particulier aux Antilles, et a tenté des embarquements réguliers au Havre, à La Rochelle ou encore à Cherbourg. Même si ces initiatives ont pour l’heure été mises en sommeil pour différentes raisons, quelques départs ont été maintenus au Havre, d’où le MSC Splendida partira en septembre prochain pour une croisière de 8 jours vers la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

 

Mediterranean Shipping Company Port du Havre