Défense
Le Japon envoie deux destroyers faire la chasse aux pirates en océan Indien

Actualité

Le Japon envoie deux destroyers faire la chasse aux pirates en océan Indien

Défense

Les destroyers japonais Sazanami et Samidare ont quitté leur base samedi pour rejoindre le golfe d'Aden, où ils sont attendus d'ici trois semaines. Ils se joindront aux forces européennes, américaines, russes, chinoises et indiennes déjà présentes dans la région pour lutter contre la piraterie. Tokyo souhaite, ainsi, apporter sa contribution à la sécurité du trafic maritime, vital pour l'économie de l'archipel. En effet, selon les autorités nippones, quelques 2000 navires de commerce japonais transitent chaque année par le golfe d'Aden. « La piraterie près de la Somalie est une menace pour le Japon et pour la communauté internationale. Il s'agit d'une tâche importante pour les Forces d'autodéfense de protéger les vies et les intérêts des Japonais », a déclaré Yasukazu Hamada, ministre japonais de la Défense. Afin de permettre aux navires des Forces d'autodéfense japonaises de pouvoir ouvrir le feu sur des pirates, un projet de loi a été déposé au parlement.

Destroyer du type Murasame (© : US NAVY)
Destroyer du type Murasame (© : US NAVY)

Concernant les moyens déployés, les deux unités choisies sont des bâtiments très récents. Du type Takanami, le destroyer Sazanami a été mis en service en 2005. Long de 151 mètres pour un déplacement de 6300 tonnes en charge, il dispose d'un système de lancement vertical (32 missiles Sea Sparrow, ESSM et VL Asroc), 8 missiles antinavire SSM-1, une tourelle de 127 mm, deux systèmes d'artillerie multitubes Phalanx, quatre mitrailleuses de 12.7 mm et 6 tubes lance-torpilles. Armé par un équipage de 176 marins, le navire, capable d'atteindre 30 noeuds, embarque deux hélicoptères Sea Hawk.
Opérationnel depuis 2000, le destroyer Samidare, du type Murasame, est très voisin du Sazanami avec une longueur de 151 mètres et un déplacement de 6200 tonnes. Ses équipements sont légèrement différents, avec notamment une tourelle de 76 mm et un seul hélicoptère embarqué.

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime