Défense
Le Jean Bart achève son ultime arrêt technique majeur
ABONNÉS

Actualité

Le Jean Bart achève son ultime arrêt technique majeur

Défense

Alors que son aîné, le Cassard, sera prochainement retiré du service, le Jean Bart achève son ultime arrêt technique majeur. Mise en service en 1991, la frégate antiaérienne, qui vient de passer quatre mois en cale sèche à Toulon, a vu son ATM débuter en septembre et sera remise à la Marine nationale mi-février. Les travaux, conduits par Naval Group, qui assure le maintien en condition opérationnelle des deux frégates du type F70 AA, ont été importants. Ils visaient notamment à visiter l’appareil propulsif, dont les moteurs diesels de propulsion, les lignes d’arbres et les hélices. De nombreux systèmes ont également fait l’objet de travaux d’entretien, de maintenance et de mise à niveau, dont le radar de veille DRBV-26, les radars de navigation et d’appontage, les conduites de tir (système Najir et l’un des deux SPG-51 C du système surface-air SM-1 MR), le système de combat SENIT ou encore les deux systèmes surface-air à très courte portée Sadral. En dehors du carénage de la coque, le bâtiment a également fait l’objet d’interventions dans ses locaux vie, notamment la réhabilitation des cuisines et offices.

Ainsi remis en état,  le Jean Bart va pouvoir continuer d’opérer au sein de la Marine nationale jusqu’à sa mise en retraite, pour le moment prévue au printemps 2021. Opérationnel depuis 1988, son sistership, le Cassard, tirera quant à lui sa révérence dès cette année, son retrait du service devant sauf impératif opérationnel intervenir au printemps.

Ces deux bâtiments seront remplacés par les frégates multi-missions à capacités de défense aérienne (FREMM DA) Alsace et Lorraine, en cours de construction chez Naval Group à Lorient.  La première devrait être mise à l’eau en avril et débuter ses essais en mer au printemps 2020 en vue d’une livraison à la Marine nationale en 2021. Quant à la seconde, elle rejoindra la flotte française en 2022 (voir notre article détaillé sur ces frégates).

 

Vue des futures FREMM DA (© : NAVAL GROUP)

Vue des futures FREMM DA (© : NAVAL GROUP)

 

Dérivées des sept frégates anti-sous-marines du type F70 ASM (classe Georges Leygues), également remplacées par le programme FREMM et dont il ne restera à la fin de cette année que deux exemplaires en service (La Motte-Picquet datant de 1988 et Latouche-Tréville de 1990), les Cassard et Jean Bart ont été construits à Lorient.

Ces bâtiments de 139 mètres de long pour 15 mètres de large et 5000 tonnes de déplacement en charge peuvent atteindre 30 nœuds, leur propulsion étant uniquement constituée de quatre moteurs diesels (les F70 ASM ont une turbine à gaz). Armées par 250 marins, les frégates antiaériennes Cassard et Jean Bart ont comme système d’armes principal le vieux Tartar américain, avec une rampe Mk13 mettant en œuvre un missile SM-1 MR (40 en soute). Ces systèmes proviennent des anciens escorteurs d’escadre Bouvet et Kersaint, désarmés en 1982 et 1983. Les Tartar avaient été débarqués de ces bâtiments puis envoyés aux Etats-Unis pour modernisation avant d’être réinstallés sur les nouvelles FAA, dont quatre exemplaires devaient être initialement construits.

 

Système SM-1 MR sur le Cassard (© MARINE NATIONALE - OLIVIER NICOLAS)

Système SM-1 MR sur le Cassard (© MARINE NATIONALE - OLIVIER NICOLAS)

 

Les frégates disposent en outre de deux systèmes Sadral avec chacun 6 missiles Mistral à poste, 8 missiles antinavire MM40 Exocet, une tourelle de 100mm, deux canons de 20mm, des mitrailleuses de 12.7mm et deux tubes lance-torpilles (10 torpilles L5). Leur hangar peut, enfin, abriter un hélicoptère Panther, les F70 AA disposant de la plus petite plateforme des bâtiments de combat français.

Côté moyens électroniques, les FAA sont équipées de différents radars, dont un SMART-S qui a remplacé en 2012 (Jean Bart) et en 2014 (Cassard) l’ancien DRBJ-11B et d’importants moyens de guerre électronique, dont deux lance-leurres Sagaie et deux lance-leurres Dagaie.

 

Le Cassard (© MARINE NATIONALE - LOIC BERNARDIN)

Le Cassard (© MARINE NATIONALE - LOIC BERNARDIN)

 

Ces frégates antiaériennes, comme leurs cousines spécialisées dans la lutte anti-sous-marine, ont pendant trente ans constitué l’épine dorsale de la flotte de surface française, escortant notamment les porte-avions Clémenceau et Foch, puis le Charles de Gaulle. Une mission désormais dévolue à une nouvelle génération de frégates. Ainsi, le groupe aéronaval, qui appareillera de Toulon d’ici la fin du mois, devrait pour la première fois partir sans F70, la protection du porte-avions étant assurée par une frégate de défense aérienne du type Horizon et une frégate multi-missions (FREMM), auxquelles s’ajouteront des unités alliées.

 

La FDA Forbin (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

La FDA Forbin (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

La FREMM Auvergne (© FRANCIS JACQUOT)

La FREMM Auvergne (© FRANCIS JACQUOT)

 

Marine nationale