Histoire Navale
Le Journal de bord de l'Expédition Lapérouse 2008

Actualité

Le Journal de bord de l'Expédition Lapérouse 2008

Histoire Navale

Depuis le 16 septembre, l'enquête sur le mystère de la disparition de Lapérouse se poursuit dans le Pacifique sud. Que s'est-il passé depuis l'appareillage du Dumont d'Urville de Nouméa et son arrivée sur l'île de Vanikoro, où l'explorateur a disparu, avec 200 marins et scientifiques français, en 1788 ? L'amiral François Bellec, historien et écrivain de marine, fait partie de l'expédition actuellement menée. Grâce à son journal de bord, nous voici propulsés, malgré plusieurs milliers de kilomètres, au milieu des recherches...
Il était déjà présent pour l'expédition de 2005. Il avait alors accompagné de son expertise les membres de l'association Salomon, à l'initiative de l'opération, et les scientifiques. L'amiral Bellec est, en effet, l'un des grands spécialistes de l'histoire de la marine et en particulier de celle de Monsieur de Lapérouse.

Hervé Morin sur le Dumont D'Urville (© : MARINE NATIONALE)
Hervé Morin sur le Dumont D'Urville (© : MARINE NATIONALE)

16 septembre

"Grâce au hasard heureux d'un voyage officiel dans le Pacifique Sud, Monsieur Hervé Morin ministre de la Défense est venu souhaiter une fructueuse mission au Dumont d'Urville.Il attestait par sa présence la pérennité du voeu transmis au roi par l'Assemblée Nationale: faire tous les efforts possibles pour retrouver l'expédition disparue. Les frégates de Lapérouse se sont perdues il y a deux siècles et vingt ans. Le mystère dura près de quarante ans, soit deux générations. La face cachée de la Terre était aussi secrète que celle de la Lune. Parce que,181 ans après la découverte des preuves du naufrage de l'expédition évanouie, nous ne savons toujours pas où reposent les morts de la Boussole ni quelle fut la seconde mort des survivants de l'Astrolabe, nous retournons à Vanikoro poursuivre les recherches initiées par Louis XVI.

Second hasard heureux de cette mission pas ordinaire,le Batral Dumont d'Urville a été affecté à la mission Lapérouse 2008. Et c'est justement ce grand navigateur éponyme qui fut le premier Français à mouiller à Vanikoro le 21 février 1828. Cinq jours plus tard, ses officiers idenfifiaient les ancres et les canons de l'Astrolabe dans la fausse passe. L'esprit de Dumont d'Urville nous guide vers une terre dont il signa la première carte marine.

Troisième hasard révélateur de l'attention des dieux sur nous, le capitaine de corvette Gilles commandant le Dumont d'Urville a décidé de gagner du temps en sortant du lagon de Nouméa par la côte ouest. Nous avons franchi à 15 h 40 la passe de Dumbéa, et nous sommes venus vers le nord-est, en route vers Lata, le chef lieu des Santa Cruz dans l'île de Ndandö. C'est à dire que, contrairement à la mission 2005 où nous étions sortis comme d'habitude par la côte est, nous suivons cette année la route exacte de Lapérouse, depuis la côte ouest de la Nouvelle-Calédoni