Défense
Le Kuznetsov repasse au large de la Bretagne

Actualité

Le Kuznetsov repasse au large de la Bretagne

Défense

Après son ravitailleur, le Sergei Osipov, le porte-avions russe Kuzntesov est passé hier matin au large de la Bretagne. Accompagné de son escorte, le bâtiment va regagner sa base de Severomorsk, près de Mourmansk, qu’il avait quittée en octobre dernier.

A partir de novembre, le Kuztnetsov avait été pour la première fois depuis sa mise en service, en 1991, engagé dans une intervention militaire. Son groupe aérien embarqué a en effet, selon Moscou, été employé en Syrie contre des cibles « terroristes », en complément des forces terrestres et aériennes russes positionnées dans le pays.  Selon certaines sources militaires occidentales, la chasse embarquée sur le Kuznetsov ne comprenait qu’une quinzaine d’avions de combat, pour l’essentiel des Su-33, complétés par quelques nouveaux MiG-49K. Deux de ces appareils, un de chaque type, ont été accidentellement perdus mi-novembre et début décembre, alors que le bâtiment évoluait au large des côtes syriennes.  

En plus de ses propres avions et hélicoptères, le Kuznetsov semble par ailleurs avoir servi à convoyer lors de son transit depuis la Russie vers la Syrie des hélicoptères de combat. Des Ka-52 Alligator ont en effet été photographiés fin octobre sur son pont d’envol lors du passage du groupe aéronaval russe dans le détroit du Pas de Calais.

Difficile à évaluer, l’action du Kuzntesov sur le théâtre d’opération syrien sera en tous cas riche d’enseignements pour la marine russe, qui prévoit de lancer la construction de nouveaux porte-avions au cours de la prochaine décennie.

Marine russe