Divers
Le Lycée naval de Brest face à une affaire de bizutage

Actualité

Le Lycée naval de Brest face à une affaire de bizutage

Divers

17 élèves du Lycée naval de Brest passeront, vendredi, en Conseil de discipline. Celui-ci se penchera sur l'implication éventuelle de ces mineurs dans une affaire de bizutage présumé qui secoue l'institution depuis quelques jours. Le 6 janvier, le père d'un élève de seconde a, en effet, décidé de retirer son fils de l'établissement et de porter plainte contre plusieurs jeunes d'une classe de première. Selon le plaignant, son fils a fait l'objet de brimades à plusieurs reprises, dont le 5 janvier, où il se serait blessé suite à une série de pompes. Le jeune lycéen aurait, notamment, été éconduit dans un blockhaus durant les périodes de quartier libre des élèves.
Dès le 7 janvier, les autorités militaires ont lancé une enquête interne pour faire la lumière sur ce qui pourrait s'apparenter à une cérémonie de bizutage, pourtant formellement interdite dans le lycée, comme le veut la loi. Au cours de l'investigation, l'existence d'un « bureau de tradition » clandestin a été révélée (ce type de structures est proscrit par le règlement). « Les bizutages sont strictement interdits par la loi et cela est stipulé très clairement dans le règlement intérieur que les élèves et les parents signent à la rentrée scolaire. Ces pratiques y sont condamnées et nous demandons de porter à la connaissance de l'institution tout acte pouvant s'apparenter à du bizutage », explique le représentant de la Marine nationale à Brest.
Le Conseil de discipline devra déterminer s'il y a eu manquement au règlement, si des faits de bizutage sont intervenus et si, durant ces réunions, des débordements ont été commis. Tous mineurs, les élèves convoqués, s'ils sont reconnus responsables, risquent des exclusions temporaires et même définitives, sans que cela préjuge des poursuites judiciaires.

Marine nationale