Divers
Le Maërsk Barcelona quittera Brest ce soir

Actualité

Le Maërsk Barcelona quittera Brest ce soir

Divers

La caution de 500.000 euros fixée par le procureur de la République ayant été payée, le porte-conteneurs, soupçonné de pollution par hydrocarbures, doit quitter le port breton ce soir, a-t-on appris auprès des autorités brestoises. En raison de son important tirant d’eau, il attendra en effet la marée haute, à partir de 20 heures. Immobilisé depuis hier matin, le Maërsk Barcelona avait été dérouté mardi soir après que les douanes aient repéré dans son sillage une traînée longue de 61 Km, la plus importante jamais enregistrée au large du Finistère. Depuis, la pollution s’est dissipée, les hydrocarbures lourds ayant coulé et les produits légés s’étant évaporés. Le Centre de Sécurité des navires (CSN) a relevé à bord « un défaut manifeste d’entretien de toute l’installation de traitement des eaux usées ».

Système de séparation des hydrocarbures défectueux

Ce type de navire, dont la machine fonctionne au fuel, produit environ un mètre cube de déchets liquides par jour. A cela, s’ajoutent des fuites d’huile qui tombent dans la cale. Pour évacuer ce mélange polluant, une pompe envoie les liquides dans un séparateur à 100 PPM (pourcentage de dilution) puis dans un second séparateur à seulement 15 PPM avant d’être rejeté à la mer (l’eau est alors presque totalement purifiée). Les inspecteurs du CSN ont constaté que les deux séparateurs étaient inopérants, « totalement encrassés et même cassés. Les séparateurs étaient trop sales pour fonctionner et (…) ils ne rejetaient plus de l’eau mais du fuel lourd ». Deux entreprises brestoises ont donc travaillé toute la journée et la nuit dernière à la réparation du système de séparation d’eaux mazouteuses. Les caisses de traitement ont été totalement vidées et nettoyées alors que le système électronique de contrôle a été changé. Des inspecteurs et représentants des autorités françaises, de la société de classification japonaise MKK et de l’armateur ont constaté que les travaux avaient été réalisés et que le Maërsk Barcelona pouvait reprendre la mer sans danger pour l’environnement.

Poursuites à l’encontre du propriétaire

Contrairement à ce que laisse penser la coque bleue du porte-conteneurs, ce navire n’appartient plus au danois Maërsk Sealand. D’une longueur de 239 mètres et transportant 2328 EVP, l’ancien Axel Maërsk, construit il y a 25 ans, a été vendu depuis. Il appartient aujourd’hui à la société allemande MUNIA Mobiliengesellschaft. « Il est affrêté sur un contrat à longue durée, ce qui explique qu’il porte les couleurs et le logo de Maërsk mais le groupe n’est pas responsable de sa gestion et de son entretien », précise la direction de Maërsk Sealand. C’est donc le propriétaire allemand qui devra s’expliquer devant la justice française. Le capitaine Ukrainien sera également convoqué par le tribunal correctionnel de Brest.

Accidents, pollutions