Disp POPIN non abonne!
Histoire Navale

Actualité

Le Maillé-Brézé recouvert d’une œuvre d’art urbain

Article gratuit
Histoire Navale

Bombes de peinture en main, des artistes vont s’attaquer cette semaine à la coque du Maillé-Brézé. Dans le cadre du festival international d’art urbain Teenage Kicks, organisé à Nantes et Rennes par les associations Plus de Couleurs et Graffiteam, l’ancien escorteur d’escadre de la Marine nationale, transformé en musée à Nantes en 1988, va arborer une nouvelle livrée. Un look très singulier imaginé par deux artistes français, Velvet et Zoer, qui font désormais partie des grands noms du Street Art sur la scène internationale.  Que les anciens militaires et les puristes des bateaux gris se rassurent, le Maillé-Brézé ne ressortira pas de cette aventure couvert d’un enchevêtrement de graffitis, même si l’idée aurait pu avoir son charme, tant la peinture de rue peut voir émerger de trésors artistiques.

 

Une oeuvre peinte par Velvet (© : DR)

Une oeuvre peinte par Velvet (© : DR)

 

Une œuvre inspirée du camouflage Razzle dazzle

Avec le projet « Maillé-Zébré », il s’agit de mettre en valeur ce patrimoine naval, via le mariage de la culture contemporaine et de l’histoire. Concrètement, Velvet et Zoer vont offrir une réinterprétation moderne du Razzle dazzle, connu en Français sous le nom de camouflage disruptif. Ce concept a été imaginé au cours de la première guerre mondiale par le peintre Norman Wilkinson, réserviste dans la Royal Navy. Il s’agissait de tromper les sous-marins allemands en recouvrant les bateaux d’une livrée étonnante, faite de lignes brisées et entrecroisées, avec des masses de couleurs fortement contrastées. Noir, blanc, bleu, vert… Le camouflage générait des illusions d’optique et empêchait l’ennemi de reconnaitre le bâtiment, jusqu’à rendre très délicate l’identification de la proue et de la poupe, soit autant de données en moins, ou de temps perdu, pour entreprendre une attaque et utiliser les télémètres pour viser la cible.

 

Le porte-avions HMS Argus en 1918 (© : DR)

Le porte-avions HMS Argus en 1918 (© : DR)

 

Séduite par cette idée, la marine britannique créa une unité dédiée à la mise en œuvre de ce camouflage, l’équipe regroupant notamment des peintres professionnels. En tout, plus de 200 navires arborèrent le Razzle dazzle pendant le conflit, signant une étonnante contribution  des artistes à l’effort de guerre.

 

Le paquebot USS Leviathan en 1918 (© : DR)

Le paquebot USS Leviathan en 1918 (© : DR)

 

Au cours de la seconde guerre mondiale, alors que les systèmes de détection, notamment le radar, montèrent en puissance, quelques bâtiments seulement adoptèrent ce camouflage, en particulier au sein de la flotte américaine.  Il en fut de même pour le croiseur français Gloire, recouvert d’une livrée en lignes brisées au cours de sa modernisation aux Etats-Unis en 1943.

 

Le croiseur Gloire a reçu son camouflage en 1943 (© : DR)

Le croiseur Gloire a reçu son camouflage en 1943 (© : DR)

 

Une mise en peinture à suivre pendant deux semaines

De retour d’une exposition au Japon, Velvet et Zoer, assistés de l’équipe de Plus de Couleurs, vont donc puiser dans cette ancienne technique de camouflage pour réaliser une performance à grande échelle sur les bords de Loire. Une œuvre hors normes et inédite qui prendra forme à partir de mardi ou mercredi et qui sera achevée deux semaines plus tard. Pendant cette période, le Maillé-Brézé se transformera peu à peu, sous l’œil du public, invité à suivre la progression des travaux. Vingt-sept ans après son arrivée au quai de la Fosse, l’escorteur d’escadre, propriété de l’association Nantes Marine Tradition, qui veille depuis 1988 à sa préservation, va ainsi redevenir un centre d’intérêt fort de la ville. De quoi attirer de nouveaux curieux vers ce musée flottant qui accueille chaque année plus de 20.000 visiteurs.

 

Le Maillé-Brézé (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Maillé-Brézé (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une seconde peau provisoire

Bien entendu, le bâtiment ne conservera pas définitivement sa nouvelle livrée. Celle-ci sera visible jusqu’en 2016, au moins, et pourrait techniquement durer plus  longtemps. Le revêtement utilisé peut en effet résister plusieurs années. Tout a néanmoins été prévu pour que le Maillé-Brézé puisse facilement retrouver sa  couleur grise d’origine. Ainsi, les artistes ne peindront pas directement la coque et les superstructures. Ils travailleront sur une couche préalablement appliquée sur la tôle, en l’occurrence de la cire, résistante aux variations météorologiques mais qui se retire facilement au karcher et à l’eau très chaude. Avec évidemment un système de récupération des déchets pour éviter de polluer le fleuve. Tout a été minutieusement préparé.

 

Un ponton va permettre de peindre la coque (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Un ponton va permettre de peindre la coque (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Une cire protectrice a été appliquée sur la coque (© : PLUS DE COULEURS)

Une cire protectrice a été appliquée sur la coque (© : PLUS DE COULEURS)

 

Du crowdfunding pour boucler le budget

Cette opération originale est donc portée par Plus de Couleurs, un collectif d’artistes issus du mouvement graffiti qui réalise différents projets artistiques, des fresques et des expositions sur Nantes, où Velvet et Zoer ont notamment œuvré. Côté budget, même si les collectivités locales (Ville de Nantes et Région des Pays de la Loire) ainsi que la DRAC soutiennent le projet à hauteur de 8500 euros, le financement privé est impératif pour peindre entièrement l’ancien escorteur d’escadre. Car, même si les membres de l’association travaillent bénévolement, « Maillé-Zébré » est une grosse opération logistique et nécessite d’importants moyens matériels, y compris des échafaudages et un ponton. En tout, il y en a pour 30.000 euros. Afin de compléter les financements institutionnels comme ceux de partenaires privés, à l'image de la société Seigneurie, qui fournit la peinture, Plus de Couleurs a lancé cet été, auprès du grand public, une collecte par crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank. Objectif : récolter 4800 euros pour permettre de peindre 70% du Maillé-Brézé et 7000 euros pour le repeindre intégralement. A partir de 10.000 euros de fonds perçus, une vidéo sera produite pour Teenage Kicks et de nouveaux goodies produits. Le crowdfunding fonctionne en effet selon un principe de contreparties exclusives offertes aux personnes finançant un projet. Dans le cas présent, les participants recevront différents cadeaux, dont des T-shirts imaginés par les artistes participant au festival. 

- Le projet Maillé Zébré sur KissKissBankBank

- Le site du festival Teenage Kicks

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Marine nationale