Histoire Navale
Le Maillé-Brézé a rejoint Dunkerque

Actualité

Le Maillé-Brézé a rejoint Dunkerque

Histoire Navale

Parti mercredi de Saint-Nazaire, tracté par le Croisic, l’un des remorqueurs de Boluda France basés dans l’estuaire de la Loire, l’escorteur d’escadre Maillé-Brézé est arrivé samedi soir à Dunkerque. Appelé à participer dans le Nord au nouveau film de Christopher Nolan, cet ancien bâtiment de la Marine nationale, long de 133 mètres, a été transformé en musée à flot à Nantes en 1988. Pour la première fois depuis son dernier carénage, en 2010, il a quitté la cité des ducs de Bretagne le 18 avril pour rejoindre dans un premier temps Saint-Nazaire, où différents travaux, notamment de peinture, ont été réalisés. Puis ce fut le grand départ, avec un transit de trois jours et demi vers Dunkerque à la vitesse moyenne de 6 nœuds, rapportent nos confrères de La Voix du Nord.

 

Le Maillé-Brézé  (© BERNARD PREZELIN)

Le Maillé-Brézé  (© BERNARD PREZELIN)

 

L’Association Nantes Marine Traditions, propriétaire du Maillé-Brézé depuis 28 ans, a accepté que l’escorteur d’escadre soit temporairement mis à disposition de l’équipe de Christopher Nolan pour son prochain film, dont le tournage débutera mi-mai. Une production qui a pour toile de fond la bataille de Dunkerque (1940) et pour laquelle le Maillé-Brézé jouera le rôle de l’un des bâtiments mobilisés à l’époque par la Royal Navy et la Marine nationale pour évacuer les troupes franco-britanniques face à l’avancée de l’armée allemande. Véritable prousse, l’opération Dynamo avait permis, du 21 mai au 4 juin 1940, de sortir du camp retranché de Dunkerque près de 340.000 soldats, dont 123.000 Français.

 

Le Maillé-Brézé dans sa configuration d'origine (© DCNS)

Le Maillé-Brézé dans sa configuration d'origine (© DCNS)

 

Sorti de l’arsenal de Lorient en 1953, le Maillé-Brézé, qui faisait partie de la série des 18 escorteurs d’escadre construits après-guerre par la marine française, était à l’origine inspiré par les contre-torpilleurs réalisés dans les années 30. Mais comme certains de ses sisterships, il avait perdu à la fin des années 60 sa silhouette rappelant celle de ses aînés suite à une refonte. A cette occasion, ses superstructures avaient été modifiées et ses anciennes tourelles doubles de 127 et 57mm débarquées. De nouveaux équipements avaient été installés, dont deux canons de 100mm et, pour la lutte anti-sous-marine, sa nouvelle mission prioritaire, le Maillé-Brézé, tout comme le Casabianca, le D’Estrées, le Guépratte et le Vauquelin, avait reçu un sonar remorqué, un lance-roquettes sextuple et un système Malafon (missile associé à une torpille).

A l’issue du tournage du film, le Maillé-Brézé doit regagner en juillet le port de Nantes, où le bâtiment accueille chaque année 25.000 visiteurs.  

 

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française