Marine Marchande
Le Marion Dufresne fait demi-tour suite à une avarie

Actualité

Le Marion Dufresne fait demi-tour suite à une avarie

Marine Marchande
Le Marion Dufresne, navire des Terres Australes et Antarctiques Françaises, est revenu à quai  à la Réunion, dimanche dernier, deux jours après avoir appareillé pour sa deuxième tournée de ravitaillement des îles subantarctiques (OP2). Quelques heures après l’appareillage, l’équipage avait constaté une infiltration d’eau à l’avant bâbord. Une petite fissure, située à proximité du sondeur multifaisceaux, a alors été repérée. Sa localisation empêchant la solution habituelle du batardeau, et le navire n’étant pas très éloigné de son port base, décision a été prise de faire demi-tour. Même si selon toute vraisemblance, le voyage aurait pu être effectué sans problème.
 
 
La tournée de ravitaillement maintenue dans son intégralité
 
 
Les plongeurs, intervenus dès l’arrivée du navire à quai, ont constaté la fissure sur laquelle il a été décidé (en accord avec le Bureau Veritas, organisme certificateur du navire) d’apposer une doublante. Les travaux devraient être effectués aujourd’hui afin que le navire puisse repartir dans la foulée. « Nous avons maintenu l’OP 2 dans son intégralité », précise Christophe Jean, des TAAF, « la mission suivante du navire se trouvant en océan Indien, son affréteur, l’Institut Polaire Paul Emile Victor, nous a confirmé la flexibilité de la date de retour ». 
 
 
Aucun lien avec l’accident de novembre
 
 
Reste qu’il s’agira ensuite de déterminer les causes d’une telle fissure, notamment en raison de sa proximité avec le plus gros équipement océanographique du Marion Dufresne. « Nous allons demander l’expertise de spécialistes qui l’examineront lors du passage au bassin du navire ». A priori, cette fissure n’aurait aucun lien avec la collision, en novembre dernier, avec un haut-fond dans l’archipel de Crozet. Ni avec les travaux menés ensuite au chantier de Durban. 
 
 
Une refonte complète en 2015
 
 
Il s’agit peut-être tout simplement d’une marque de l’âge du navire, qui affronte depuis 18 ans les mers les plus difficiles du globe. Une refonte sera effectuée en 2015, pour ses 20 ans. Les travaux porteront sur la coque, les machines, ainsi que des équipements scientifiques. Le budget de cette remise à niveau – actuellement en cours d’élaboration – s’élèvera à 20 millions d’euros. Le chantier n’est pas encore connu, les prospections commenceront en 2014.
 
TAAF | Actualité de l'espace maritime austral et antarctique