Marine Marchande
Le méthanier Christophe de Margerie franchit précocement le passage du Nord-Est

Actualité

Le méthanier Christophe de Margerie franchit précocement le passage du Nord-Est

Marine Marchande

Le méthanier brise-glace Christophe de Margerie a franchi la partie orientale de la route maritime du Nord de la Russie (NSR) en mai, particulièrement tôt dans l’année. Il a transporté du gaz naturel liquéfié du terminal de Yamal LNG, en Sibérie, vers la Chine, deux mois avant la période habituelle.

Son armateur, Sovcomflot, a souligné que c’était la première fois que l’un de ces méthaniers passait si tôt dans la saison estivale par ce passage bloqué une large partie de l’année par la glace. Habituellement, il n’est pas pratiqué avant juillet. L’Asie est le principal marché cible de Novatek qui pilote le consortium exploitant le terminal gazier Yamal LNG.

Il lui a fallu 12 jours au Christophe de Margerie pour effectuer 2563 milles du port de Sabetta, jusqu’au Cap Dejnev (Détroit de Bering). Le méthanier a été escorté par le brise-glace nucléaire Yamal qui lui a permis de franchir des passages difficiles, notamment dans le Détroit de Vilkitski pour passer de la mer de Kara à la mer des Laptev, entre l’île Bolchevique et la péninsule de Taïmyr, ou encore en mer des Tchouktches, en Sibérie orientale, avant d’accéder à l’océan Pacifique.

Ce franchissement précoce coïncide avec des records de chaleur constatés en mai en Sibérie, en particulier dans sa partie orientale. Par 72 degrés nord, dans le centre de la Sibérie, à Khatanga, il a fait 25.4 degrés celsius, soit 5 degrés de plus que le record précédent et 25 degrés de plus que les normales de saison. Au Groenland, l’Institut météorologique danois (DMI) a déterminé que le début de la fonte des glaces avait commencé avec deux semaines d’avance, par rapport à la date médiane des 40 dernières années.

Le Christophe de Margerie, du nom de l’ancien PDG de Total, actionnaire du consortium exploitant le terminal de Yamal, a été livré en 2017 par les chantiers coréens DSME. Il est la tête de série de 15 méthaniers brise-glaces destinés à la desserte du terminal sibérien. Construits aux normes brise-glace ARC 7, ils mesurent 299 mètres de long pour 50 mètres de large et disposent d'une capacité de transport de 173.000 m3.  Ces navires peuvent naviguer dans des épaisseurs de glace allant jusqu’à 2.5 mètres, en utilisant notamment un mode brise–glace en marche arrière, propulsé par trois pods de 45 MW. La coque et les équipements de pont sont prévus pour résister à des températures de -50 degrés. Au départ, ces méthaniers ont été prévus pour emporter le GNL huit mois par an vers l’Europe et quatre mois vers l’Asie, mais le passage vers l’Asie semble être plus longtemps accessible. Pour être rentabilisés, le GNL qu’ils transportent est transbordé, côté Asie, en bordure des eaux de l’Arctique, au Kamtchatka.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.