Marine Marchande
Le méthanier Edouard LD aux chantiers de réparation de Singapour

Actualité

Le méthanier Edouard LD aux chantiers de réparation de Singapour

Marine Marchande

Le méthanier français Edouard LD, propriété de Louis Dreyfus Armateurs, est arrivé aux chantiers Keppel. Comme prévu, la charte d'affrètement qui liait le navire à Gaz de France n'a pas été renouvelée. Elle a pris fin le 31 mars et le méthanier, après une dernière livraison en Corée sur le marché sport, a mis le cap sur Singapour, où il va subir des réparations. Immatriculé à Dunkerque au premier registre, l'Edouard LD, qui peut transporter 129.300 m3 de gaz naturel liquéfié, a été construit en 1977. L'armateur avait le choix entre le démantèlement ou continuer d'opérer son bateau. On notera que, dans le premier cas, le méthanier et son armateur étant français, seul un chantier de démolition de la zone OCDE peut se charger du ferraillage, en raison de la convention de Bâle sur l'exportation des matières dangereuses. Cette option n'a finalement pas été retenue, d'autant que le méthanier a été très bien entretenu ces trente dernières années.
Les travaux réalisés chez Keppel permettront à l'Edouard LD de naviguer jusqu'à sa prochaine visite spéciale, prévue en 2010. A l'issue du chantier, qui durera quelques semaines, le navire sera proposé de nouveau à l'affrètement ou revendu. Toutefois, le marché étant actuellement très déprimé, on ne sait pas encore quand les travaux seront décidés. Construits en grand nombre ces dernières années, de nombreux méthaniers, y compris des unités neuves, sont déjà en attente. Et la situation n'est pas meilleure pour les bateaux servant d'unités de stockage, une reconversion à laquelle LDA avait réfléchi l'an passé. La nouvelle flotte, trop conséquente, est entrée en service plus vite que les infrastructures terrestres. Dans ce contexte, l'Edouard LD présente tout de même un sérieux avantage. Remboursé depuis longtemps, sont prix d'affrètement quotidien serait nettement moins important que celui d'un bateau neuf. Un argument de poids quand on sait que la facture peut osciller entre 50 et 100.000 par jour.

Louis Dreyfus Armateurs