Marine Marchande
Le méthanier LNG Alliance est sorti de chantier
ABONNÉS

Actualité

Le méthanier LNG Alliance est sorti de chantier

Marine Marchande

Le méthanier LNG Alliance (ex-Gaselys), appartenant à Total et NYK et géré par Gazocéan, a quitté hier le chantier Damen de Brest. Il y était entré il y a une vingtaine de jours après qu'une fuite ait été constatée sur une de ses cuves après son dernier arrêt technique à Singapour. Les travaux auront duré un peu moins longtemps que ce qui était initialement prévu, puisque le bateau devait sortir mi-décembre. Il a finalement appareillé hier soir en direction d'Edku en Egypte. 

En revanche, son sister-ship, le LNG Unity (ex-Provalys) est toujours en arrêt technique chez Damen. Arrivé le 8 juillet à Brest, ce dernier devait rester deux mois en arrêt technique. Un important arrêt technique dans les bassins du port de commerce breton pour sa visite « intermédiaire », mais aussi les travaux périodiques de réparation de ses cuves pouvant contenir jusqu’à 154.500 m3 de gaz naturel liquéfié. Si la première partie des travaux a été menée à bien, la seconde, évidemment la plus critique, s’avère bien plus longue que prévu.

 

Le méthanier LNG Alliance à son appareillage hier à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le méthanier LNG Alliance à son appareillage hier à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le LNG Unity croise le roulier RCC Passion qui va prendre sa place au chantier (© MICHEL FLOCH)

Le LNG Unity croise le roulier RCC Passion qui va prendre sa place au chantier (© MICHEL FLOCH)

 

Les LNG Alliance et LNG Unity, d'une capacité de 154.000 m3 ont tous deux été construits par les Chantiers de l'Atlantique et livrés respectivement en 2006 et 2007.  Pour mémoire, lors de la construction à Saint-Nazaire de ces deux navires mais aussi et du méthanier plus petit, le Global Energy (74.000 m3 et actuellement en arrêt technique à Marseille), tous les trois commandés à l’époque par GDF, des problèmes d'étanchéité sur les membranes secondaires des cuves (chargées d'empêcher les fuites de gaz liquéfié en cas de rupture de la membrane primaire) avaient été découverts. Il en avait résulté une longue phase d’analyse pour comprendre l’origine du problème, puis des travaux correctifs très lourds et complexes (en particulier une nouvelle procédure de collage) et, enfin, une âpre bataille juridique entre le chantier et GTT, concepteur de ces cuves. L’affaire avait fait grand bruit à l’époque et, après les déboires rencontrés sur les trois méthaniers de GDF, la technologie CS1 avait d’ailleurs été abandonnée par GTT. Les Provalys, Gaselys et Energy, qui furent par ailleurs les premiers méthaniers à disposer d’une propulsion diesel-gaz électrique, sont ainsi demeurés les seuls navires équipés de ce type de cuves. Ces trois navires sont immatriculés sous pavillon français (RIF). 

 

Transport de Gaz naturel