Défense
Dernier tir de qualification réussi pour le missile antinavire ANL/ Sea Venom
ABONNÉS

Actualité

Dernier tir de qualification réussi pour le missile antinavire ANL/ Sea Venom

Défense

Prévu pour équiper les hélicoptères Wildcat de la Royal Navy et les Guépard Marine de la flotte française, avec aussi des déclinaisons prévues en version mer-mer, le nouveau missile antinavire aéroporté franco-britannique a réalisé avec succès, le 17 novembre, son dernier tir de qualification. C’est ce qu’a annoncé hier MBDA, qui développe cette nouvelle arme dans le cadre d’un programme franco-britannique. « Le missile antinavire Sea Venom/ANL est un programme réalisé dans le cadre du traité de Lancaster House, conclu entre la France et le Royaume-Uni, il y a eu dix ans ce mois-ci. Le Sea Venom/ANL est également le premier programme à bénéficier pleinement des centres d’excellence franco-britanniques spécialisés dans les technologies des missiles, qui ont été mis en place par le traité de Lancaster House », rappelle MBDA.

Le tir réalisé le 17 novembre a été effectué au large du centre DGA Essais de missiles situé sur l’île du Levant, au large de Toulon. Cela, à partir d'un hélicoptère Dauphin du centre DGA Essais en vol. « Cet ultime tir de qualification avait pour but de valider les performances du missile en termes de discrimination de cible en environnement naval dense et complexe. Les essais précédents avaient permis de tester le domaine de séparation et de tir, le vol rasant à basse altitude, ainsi que les modes d’engagement du missile, tels que l’accrochage après tir (LOAL), l’accrochage avant tir (LOBL), l’opérateur dans la

MBDA | Toute l'actualité du missilier européen Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française