Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Le MN Tangara teste un nouveau mode de transbordement avec EDAR et CTM

Défense

Affrété par le ministère de la Défense pour le transport logistique des matériels de l’armée française, le roulier MN Tangara, de la Maritime Nantaise, a testé le 22 mai, en rade de Toulon, un nouveau mode de transbordement impliquant un engin de débarquement amphibie rapide (EDAR) et un chaland de transport de matériel (CTM) de la Marine nationale. Alors que le navire se contente habituellement d’embarquer et débarquer ses cargaisons dans les ports, via ses rampes, il a cette fois effectué une opération de manutention au mouillage avec sa puissante grue, d’une capacité de 45 tonnes à 25 mètres. De quoi pouvoir non seulement soulever des conteneurs, mais aussi des véhicules, y compris des blindés. Au cours du test réalisé en fin de semaine dernière, le MN Tangara a travaillé avec les EDAR et CTM de la flottille amphibie, sur lesquels des conteneurs ont notamment été transbordés.

 

 

Le MN Tangara transbordant un conteneur sur un EDAR (

Le MN Tangara transbordant un conteneur sur un EDAR (© MER ET MARINE - JL VENNE)

 

Le MN Tangara transbordant un conteneur sur un EDAR (

Le MN Tangara transbordant un conteneur sur un EDAR (© MER ET MARINE - JL VENNE)

 

CTM et EDAR le long du MN Tangara (

CTM et EDAR le long du MN Tangara (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

L’objectif de telles manœuvres est de qualifier une nouvelle capacité complémentaire des opérations portuaires traditionnelles. Car les transbordements sur rade offrent de multiples avantages, par exemple dans le cadre du ravitaillement ou du renforcement d’une force projetée à terre : en cas d’indisponibilité d’un port, de destruction de ses infrastructures ou d'un niveau de sécurisation insuffisant, ils permettent de pouvoir maintenir un flux logistique par navires rouliers en s’appuyant sur des engins de débarquement mis en oeuvre par les bâtiments de projection et de commandement. EDAR et CTM peuvent, ainsi, , qui faire la navette entre les bateaux et la terre. Il en va de même dans le cas d’une opération amphibies, où les rouliers pourraient venir compléter les capacités d’emport des BPC.

 

 

Un BPC et un CTM (

Un BPC et un CTM (© MARINE NATIONALE)

 

 

Ce nouveau concept impliquant un roulier, des EDAR et des EDAS (engins de débarquement amphibie standards, autrement dit des CTM), devrait être mis en œuvre en octobre prochain à l’occasion du grand exercice amphibie Catamaran, qui doit se dérouler sur les côtes varoises.

 

 

Un EDAR (

Un EDAR (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Un CTM débarquant un VHM de l'armée de Terre (

Un CTM débarquant un VHM de l'armée de Terre (© SIRPA TERRE)

 

 

Concernant les rouliers affrétés au profit des militaires français, le MN Tangara et son sistership, le MN Calao, sont les deux nouveaux navires de la Maritime Nantaise, livrés l’an dernier par les chantiers sud-coréens Hyundai Heavy Industries. Ils mesurent 160 mètres de long pour 27 mètres de large et affichent un port en lourd de 12.026 tonnes. Dotés de deux moteurs MAN de 8400 kW chacun, ils peuvent atteindre la vitesse de 20 nœuds. Ces navires sont spécialement conçus pour le transport de véhicules et de conteneurs, une fonction qu’ils peuvent non seulement remplir au profit des militaires, grâce à des caractéristiques particulières (capacités d’embarquer des véhicules très lourds, comme le char Leclerc, zones protégées pour les matières dangereuses, telles les munitions…), mais également dans le cadre de contrats civils. Les embarquements et débarquements de matériels roulants sont réalisés au moyen d’une grande porte arrière, les navires disposant également d’une rampe latérale. La capacité totale est de 2838 mètres linéaires (sur 3 mètres de large) pour le fret roulant, qui est réparti sur 5 niveaux. Le MN Calao et le MN Tangara peuvent, en outre, embarquer  849 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur). 

Marine nationale