Disp POPIN non abonne!
Défense
Le monument des sous-mariniers de Toulon dégradé ?

Actualité

Le monument des sous-mariniers de Toulon dégradé ?

Défense

Installé au Mourillon, le monument rendant hommage aux sous-mariniers français morts en service commandé a fait l’objet de dégradations, a-t-on appris auprès d’adhérents de l’association générale des amicales de sous-mariniers (AGASM). Les plaques en bronze sur lesquelles sont inscrites les noms des militaires défunts ont, apparemment, été aspergées d’un liquide corrosif. Aucune inscription ou tag n’a en revanche été observé. Alertée hier en fin de journée, la Gendarmerie maritime s’est rendue sur les lieux pour un premier constat. La nuit étant déjà tombée, une patrouille doit revenir ce mardi afin d’examiner les plaques et confirmer s’il y a bien eu dégradation. Si tel est le cas, cet acte, portant grief à la mémoire des anciens sous-mariniers, pourra faire l’objet de poursuites judiciaires afin de retrouver et juger les auteurs de ces faits.

 

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

 

C’est en novembre 2009 que le monument, situé dans le parc paysager de la Tour Royale, c’est-à-dire en dehors de la base navale, a été inauguré. Ses plaques portent 1600 noms de sous-mariniers décédés au cours d'accidents ou d'opérations de guerre. Le premier drame remonte à la perte accidentelle du Farfadet, en 1905, au large de la Tunisie. Le dernier accident est celui du sous-marin nucléaire d'attaque Emeraude, en 1994. Dix membres d'équipage avaient été tués suite à une explosion et un dégagement de vapeur. 
Ce monument sert régulièrement aux commémorations.

Ce fut le cas le 1er novembre avec une cérémonie en mémoire des sous-mariniers disparus en mer lors des différents conflits. Puis, le 27 novembre, un hommage avait été rendu aux cinq sous-marins qui s’étaient échappés ou avaient tenté de quitter Toulon plutôt que de se saborder 73 ans plus tôt, lors du coup de force allemand sur le sud de la France. C’est à l’occasion de cette cérémonie que des membres de l’AGASM ont constaté que des plaques avaient été détériorées. 

Marine nationale