Croisières et Voyages
Le MSC Lirica exploité deux ans en Chine au profit du groupe CAISSA

Actualité

Le MSC Lirica exploité deux ans en Chine au profit du groupe CAISSA

Croisières et Voyages

MSC Cruises va bien faire ses débuts en Chine l’an prochain, mais pas de la manière dont beaucoup pensaient. La compagnie italo-suisse va annoncer aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat avec le tour opérateur CAISSA Touristic. Pendant deux ans, à compter de mai 2016, le paquebot MSC Lirica sera exploité au départ de Shanghai au profit de ce spécialiste des voyages pour la clientèle chinoise. « Grâce à ce partenariat, nous allons renforcer notre présence en Chine en nous alliant avec le premier distributeur de croisières sur ce marché. Nous travaillons depuis plusieurs années avec CAISSA et avons vu le nombre de passagers chinois augmenter au fil du temps. Alors que nous avons ouvert un bureau dans ce pays dès 2010, MSC Cruises accueille aujourd’hui 20.000 passagers chinois par an sur ses navires, notamment en Méditerranée. Sur la base de ce succès, nous souhaitions développer un projet plus important », explique à la rédaction de Mer et Marine Gianni Onorato, directeur général de la compagnie.  

Alliance avec un pionnier des croisières pour les Chinois

En juin dernier, lors d’une précédente interview, le DG de MSC Cruises ne cachait pas son souhait de poursuivre le développement géographique de l’entreprise, mais estimait, faute de capacités supplémentaires, qu’il faudrait probablement attendre l’entrée en flotte des nouveaux paquebots, à partir de 2017, pour relancer les grands voyages et ouvrir de nouveaux marchés. Les choses sont finalement allées plus vite que prévu. Né dans la ville allemande d’Hambourg en 1993 et disposant de bureaux dans de nombreux pays, comme la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, CAISSA, devenu un acteur majeur du marché des vacanciers chinois, tant ceux qui vivent dans leur pays que les expatriés, a souhaité développer son activité croisière, déjà importante. Ce tour opérateur fut en effet l’un des premiers à proposer des croisières aux Chinois et, à ce titre, a travaillé avec de nombreuses compagnies, comme Costa, Princess et Royal Caribbean. Souhaitant donc aller plus loin, il s’est rapproché de MSC pour nouer un partenariat stratégique. Une opportunité que l’armateur italo-suisse a décidé de saisir.

 

Chen Xiaobing, président de CAISSA, et Gianni Onorato (© : MSC CRUISES)

Chen Xiaobing, président de CAISSA, et Gianni Onorato (© : MSC CRUISES)

 

Transformation du navire pour ce nouveau marché

« Comme nous collaborions déjà en confiance depuis des années, nous avons décidé de nouer un partenariat plus fort et à long terme. Pour cela,  nous avons profité du fait que nous avions un bateau pas trop grand qui allait entrer en drydock et pouvait être remodelé pour les besoins du marché chinois et le concept développé par CAISSA », précise Gianni Onorato.  Ce navire, c’est donc le MSC Lirica, dernier d’une série de quatre unités à bénéficier d’un important projet de rénovation et d’agrandissement. Arrivé hier au chantier Fincantieri de Palerme, en Sicile, il va être coupé en deux et recevoir une nouvelle section de coque de 24 mètres comprenant notamment 193 nouvelles cabines, s’ajoutant aux 795 dont il dispose depuis sa mise en service en 2003. A l’instar des trois autres paquebots de la série, les MSC Armonia (voir notre reportage sur ce navire après refonte), MSC Sinfonia et MSC Opera, le MSC Lirica verra aussi ses espaces publics rénovés et sera donc, en plus, customisé pour s’adapter aux spécificités du marché chinois. « Les modifications porteront notamment sur les activités de divertissement et au niveau des boutiques, le shopping étant très important pour les Chinois ». Côté équipage, plus de 30% du personnel à bord parlera le Mandarin, des employés chinois travaillant déjà pour MSC allant être affectés sur le MSC Lirica et renforcés par des natifs, qui seront formés dans une nouvelle école ouverte près de Shanghai par MSC et un partenaire local.

 

Le MSC Lirica avant refonte (© : MSC CRUISES)

Le MSC Lirica avant refonte (© : MSC CRUISES)

 

Un premier pas sur un marché en pleine croissance

Dans les faits, CAISSA va donc affréter pendant deux ans le MSC Lirica et assurer l’essentiel de sa commercialisation. MSC Cruises ne proposera pas le navire aux passagers occidentaux mais, dans le cadre de l’accord, pourra vendre des croisières à son bord auprès de sa propre clientèle chinoise. La majeure partie du travail de la compagnie résidera par conséquent dans l’armement et la gestion du navire. Il s’agit ainsi, pour MSC, d’une manière douce et peu risquée de se lancer sur le marché chinois, en plein boom et sur lequel de nombreux armateurs occidentaux développent leurs capacités. Pour autant, souligne Gianni Onorato, il ne s’agit pas d’un simple affrètement : « C’est un véritable partenariat et cette initiative a pour objectif de mieux faire connaître MSC Cruises en Chine et séduire de nouveaux clients pour, ensuite, vendre des croisières sur nos autres destinations, par exemple en Europe, aux Caraïbes, au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique latine. Cette action s’inscrit clairement dans notre stratégie visant à faire de MSC Cruises une compagnie globale présente partout dans le monde, y compris en Chine ». Quant à savoir si, après cette première expérience, MSC exploitera en propre sur le marché chinois l’un de ses navires et déploiera par exemple l’une de ses futures unités, Gianni Onorato laisse planer le suspens. « Il est vrai que MSC va connaitre une croissance considérable avec ses 7 nouveaux bateaux, qui nous donnerons l’opportunité de développer de nouveaux marchés. Mais si l’on veut être sérieux, il faut attendre et y aller pas à pas. Nous verrons quand les nouvelles unités seront là ».

Renforcement des positions sur certaines destinations

En attendant, la compagnie va poursuivre la consolidation de ses positions sur ses marchés actuels et sur les dernières nouveautés lancées : « Le repositionnement  du MSC Lirica à Shanghai sera l’occasion de relancer un grand voyage de 60 jours entre le Brésil (le navire sera exploité en Amérique latine de novembre à mars avant de gagner l’Asie, ndlr) et la Chine, alors que nous avons décidé d’ouvrir cet hiver une nouvelle destination au départ de Cuba, qui fonctionne très bien. Nous allons dans le même temps renforcer nos positions dans les Caraïbes et en Amérique du nord, sans oublier le marché français, où nous percevons de plus en plus d’opportunités ».  

MSC Cruises | Toute l'actualité de la compagnie de croisière et de ses paquebots