Pêche
Le naufrage du chalutier Gwel Vo fait deux morts et un disparu

Actualité

Le naufrage du chalutier Gwel Vo fait deux morts et un disparu

Pêche

Le parquet du Havre a ouvert une enquête, hier, après le naufrage, dans la nuit de lundi à mardi, du Gwel Vo. La balise de détresse du petit bateau de pêche s’est déclenchée à 4 heures 22, alors que le coquiller naviguait au large du cap d’Antifer. Dès réception de ce signal, le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de Jobourg a coordonné la mise en oeuvre d’un important dispositif de recherche et de sauvetage. Plusieurs canots de la SNSM et les hélicoptères de la marine et de la protection civile ont été mobilisés, de même que les navires de pêche et un ferry présent dans la zone. Malgré ces moyens, les corps de deux hommes d’équipage ont été retrouvés sans vie, le troisième étant toujours porté disparu.

Le chasseur de mines Cassiopée, basé à Brest, est attendu aujourd’hui sur zone, afin de localiser l’épave, qui gît à une trentaine de mètres de profondeur. Une fois trouvé, le bateau sera inspecté par des plongeurs de la Marine nationale. Selon le président du Comité local des pêches, le Gwel Vo, construit en 1977, était en bon état et son équipage était aguerri. Le ministre des Transports, Dominique Perben, a demandé au Bureau d’Enquête sur les évènements de mer (BEA Mer) d’ouvrir une enquête pour déterminer les causes de l’accident.
Les opérations de recherche du pêcheur porté disparu ont été suspendues hier soir, avec la tombée de la nuit, après plus de 16 heures de recherches aériennes et maritimes. Les efforts ont été concentrées autour de la position du canot de survie retrouvé en milieu de matinée, à une dizaine de nautiques de la côte.

Accidents, pollutions