Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Le nouveau navire plastron de la Marine nationale arrive à Toulon

Défense

Racheté par SeaOwl, le Normand Drott, nouveau navire plastron mis à disposition de la flotte française à Toulon, est arrivé cette nuit au large du port varois, qui devient sa nouvelle base. Sistership de l’ex-Normand Jard, devenu l’an dernier VN Sapeur et qui est affrété à Brest par la Marine nationale en tant que bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution (BSAD), le Normand Drott remplace l’ancien VN Rebel, qui a quitté Toulon en décembre et dont il va reprendre le nom.

Plus grand et offrant des capacités supérieures à celles de son aîné, le nouveau navire plastron servira de plateforme polyvalente pour l’entrainement des unités de la marine évoluant sur la façade méditerranéenne.

Livré par les chantiers norvégiens Ulstein en 1984, ce navire du type UT 712 mesure 75.5 mètres de long pour 16.6 mètres de large et affiche un port en lourd de 2900 tonnes. Doté de deux moteurs Wärtsilä 12V32D pour puissance totale de 12.000 cv, ainsi que trois propulseurs en tunnel, il peut atteindre la vitesse de 16 nœuds. Le navire dispose d’une surface de pont de 536 m² et affiche une capacité de traction de 148 tonnes.

Ancien remorqueur ravitailleur releveur d’ancre (AHTS), le Normand Drott, qui appartenait à l'armement norvégien Solstad, a achevé sa carrière à l'offshore au Brésil. Il avait quitté Rio de Janeiro le 22 décembre pour rejoindre la France.

Complémentaire du VN Partisan, le navire plastron de SeaOwl basé à Brest depuis 2011, le futur VN Rebel devrait bénéficier le mois prochain d’un arrêt technique au cours duquel il recevra différents équipements et adoptera sa nouvelle livrée. Sans attendre, puisque la marine va vite en avoir besoin, le bateau va changer rapidement de nom et quitter le pavillon norvégien pour être ré-immatriculé en France (l’ancien VN Rebel battait pour mémoire pavillon italien).

Ce nouveau navire entraine une hausse des effectifs de SeaOwl, qui recrute une quinzaine de marins supplémentaires, lui permettant de dépasser les 50 navigants français. 

Marine nationale