Croisières et Voyages
Le nouveau paquebot France prend forme

Actualité

Le nouveau paquebot France prend forme

Croisières et Voyages

Tout un symbole. Le nom du paquebot mythique et l'héritage familial. Didier Spade, petit fils d'Augustin, décorateur du France, le confesse volontiers, « c'est dans mes gênes ». Cela fait maintenant trois ans que l'homme, dirigeant d'une entreprise de yachts de luxe sur la Seine, ne pense plus qu'à ça. « Ca a commencé avec la vente aux enchères du nez du France. Je l'ai récupéré. Et ça a éveillé en moi cette envie de faire revivre cette légende : un bateau qui symbolise le luxe à la française. Le nouveau France ».

Une vitrine des talents français

Didier Spade le sait. Autour du France et de son destin tourmenté, il y a en a eu des projets. La fascination portée à ce navire a nourri les fantasmes de générations de marins et de voyageurs. Mais, lui n'est pas un doux rêveur. « J'ai mis beaucoup de temps et d'argent dans ce projet. Je ne voulais pas le présenter avant de l'avoir pensé dans les moindres détails. Alors, j'ai réfléchi à ce que devait être ce navire, à ce que j'aimerais y trouver. Et à comment il pourrait devenir une vitrine des talents français, de la gastronomie aux arts décoratifs en passant par le savoir-vivre. Je l'ai dessiné et puis je me suis entouré de professionnels reconnus qui avaient la même envie que moi de construire ce navire ».

  (© : DROITS RESERVES)
(© : DROITS RESERVES)

Mais d'abord il y a eu les premiers croquis, la silhouette fine et élancée du navire très futuriste entre le yacht et le paquebot. Un nouveau France audacieux, que Didier Spade a voulu différent tant dans son look et ses lignes que dans la circulation et l'espace de vie à bord. « Bien sûr, il y a les cheminées. C'est un clin d'oeil au France, évidemment. Ces deux axes verticaux seront des espaces de vie du navire, où il y aura des lieux publics, des suites et des cabines. Entre les deux cheminées, on trouvera une palmeraie, parce qu'être sur un paquebot, c'est parfois aussi la sensation d'être sur une île déserte. Et puis il y a l'arrière du navire, dégradé, comparable à celui d'un yacht, parce que je souhaite vraiment que les passagers ne soient pas coupés de la mer ».

  (© : DROITS RESERVES)
(© : DROITS RESERVES)

Un navire de 260 mètres le plus vert possible

Les idées sont là, le principe est posé. Didier Spade va trouver les chantiers de Saint-Nazaire, « évidemment, le Nouveau France ne peut être construit qu'en France ». Cinquante après le France, les ingénieurs du bureau d'étude des chantiers replongent donc dans un rêve de bateau. « Tout le monde a été très enthousiaste tout de suite ». Différentes études sont menées. Une première mission sur les aspects extérieurs en 2009 et 2010. Puis une autre début 2011, sur l'intégration au plan d'aménagement initial des aspects techniques, structurels et réglementaires, ainsi que sur la validation des hypothèses de stabilité. Pour arriver, à la rentrée 2011, à une version considérée comme « quasi-définitive » de l'aménagement général du paquebot. Long de 260 mètres pour une largeur de 30.5 mètres, le nouveau France présenterait un tirant d'eau de 6 mètres. Il serait doté d'environ 320 suites, soit une capacité de 640 passagers en base double. La dernière étude menée par les chantiers a également porté sur la consommation énergétique, notamment via une optimisation de la propulsion avec une carène adaptée et différents dispositifs permettant de réduire sensiblement les besoins en énergie et faire de ce bateau un navire le plus « vert » possible. Est, par exemple, évoquée la récupération de la chaleur des gaz d'échappements afin de produire de l'eau douce via un équipement de désalinisation de l'eau de mer. L'utilisation du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) pour alimenter certains générateurs est également regardée de près.

(© : DROITS RESERVES)
(© : DROITS RESERVES)

Alain Ducasse aux commandes de la cuisine

« Une fois l'aspect nautique et technique mis en place, j'ai voulu donner vie à ce projet en m'entourant des personnes symbolisant l'art de vivre et les talents français ». Didier Spade ne met pas longtemps à convaincre. Des designeurs reconnus comme Danièle Chopard, Agnès Comar, Stéphanie Coutas, Matali Crasset, Jacques Garcia, Patrick Jouin Mathieu Lehanneur, Olivia Putman , Brigitte Saby, Jean-Michel Wilmotte, François Zuretti, le scénographe Jean Rabasse, l'architecte paysagiste Xavier Loup planchent sur les cabines, les suites et les espaces de vie du navire. Et puisque c'est la France que le navire doit incarner, il fallait un chef de renom. Et c'est Alain Ducasse qui va se charger de toute la définition et l'organisation du bord. « Ce sera un navire de luxe, mais de luxe à la française ».

Didier Spade et Alain Ducasse  (© : DROITS RESERVES)
Didier Spade et Alain Ducasse (© : DROITS RESERVES)

Projet de suite (© : DROITS RESERVES)
Projet de suite (© : DROITS RESERVES)

Projet de suite  (© : DROITS RESERVES)
Projet de suite (© : DROITS RESERVES)

Un navire français, qui appartiendra aux Français

Un navire qui naviguera, évidemment, sous pavillon français. « J'ai noué un partenariat avec la société V-Ships qui se chargera de la gestion technique et nautique du navire ». Les futurs ports d'escale et les modalités de commercialisation ne sont pas encore connues : « nous nous attaquerons à ce chapitre quand le navire sera en construction, il ne sert pas à grand chose de planifier maintenant le programme du navire, les escales d'aujourd'hui ne seront peut-être pas celles de demain. »
Et justement, les échéances que Didier Spade s'est fixées commencent à s'approcher. « Le projet, que j'ai totalement financé jusqu'à présent est désormais totalement abouti. Je vise une découpe de la première tôle en 2013 donc une mise à l'eau en 2015. Je suis donc actuellement rentrée dans la phase de montage du plan de financement ». Le coût du navire est estimé à environ 350 millions d'euros, l'étude de marché est réalisée ainsi que le business plan. Soutenu par le Cluster Maritime Français, Didier Spade va désormais présenter le projet à la communauté financière. Les banques, les investisseurs... mais Didier Spade aimerait aussi que les particuliers puissent acheter des actions de son futur navire. « Le France doit appartenir aux Français, ce doit être une fierté et un symbole. Je voudrais que ce nouveau paquebot soit aussi une manière de réconcilier les Français avec les projets ».

(© : DROITS RESERVES)
(© : DROITS RESERVES)

Nouveau paquebot France