Défense

Actualité

Le nouveau SNLE britannique baptisé Dreadnought

Défense

La reine Elizabeth 2 a donné son accord pour que la Royal Navy baptise le premier de ses quatre nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins HMS Dreadnought. Un nom des plus symboliques et célèbres pour le futur fer de lance de la force de dissuasion britannique. Plus gros sous-marin réalisé jusqu’ici en Europe, le bâtiment a vu sa construction lancée début octobre au chantier BAE Systems de Barrow-in-Furness.

Long de 152.9 mètres pour un déplacement de 17.200 tonnes en plongée, le HMS Dreadnought sera armé par 130 marins et pourra mettre en œuvre 12 missiles balistiques intercontinentaux. Il doit être mis en service à l’horizon 2030 afin de remplacer le HMS Vanguard, premier des quatre SNLE actuellement opérés par la Royal Navy. Réalisés dans le cadre du programme Successor, le nouveau HMS Dreadnought et ses trois sisterships devraient représenter un investissement de 49 milliards d’euros.

Le HMS Dreadnought sera le 10ème bâtiment britannique à porter ce nom, attribué pour la première fois, il y a plus de 450 ans, à un vaisseau de la flotte anglaise du temps de la reine Elizabeth. Alors que le 9ème Dreadnought fut le premier sous-marin britannique à propulsion nucléaire, mis à l’eau en 1960 et retiré du service en 1980, le plus célèbre de cette « famille » reste le cuirassé éponyme lancé en 1906, qui révolutionna les flottes de lignes avec l’adoption d’une artillerie principale à calibre unique et la mise en œuvre de turbines à vapeur.

Royal Navy