Croisières et Voyages
Le paquebot Bleu de France pourrait être vendu

Actualité

Le paquebot Bleu de France pourrait être vendu

Croisières et Voyages

Des investisseurs se sont montrés intéressés pour racheter l'unique navire de CDF - Croisières de France, filiale de Pullmantur (Groupe Royal Caribbean) dédiée au marché tricolore. « Une offre a été faite et elle nous intéresse mais, à ce jour, le navire n'a pas été vendu. Il y a une différence entre une intention d'achat et l'obtention du financement qui permet de réaliser un tel projet », expliquait-on vendredi au sein de la compagnie. Apparemment, on devrait en savoir plus à la fin du mois, l'acquéreur potentiel devant alors savoir s'il dispose, ou non, du financement nécessaire pour reprendre le Bleu de France. Ces derniers jours, la rumeur voulait que ce soit le repreneur potentiel soit le groupe Saga Holidays mais, aux dires de dirigeants de Pullmantur et CDF, ce ne serait pas le cas.
Si le Bleu de France est racheté, cela ne veut pas dire que Pullmantur va mettre un terme à l'aventure CDF, débutée au printemps 2008 avec l'ex-Holiday Dream du groupe espagnol (construit en 1981 sous le nom d'Europa et refondu l'an dernier). Croisières de France a d'ailleurs reçu le feu vert de sa maison mère pour diffuser sa nouvelle brochure, qui couvre l'ensemble de la saison Méditerranée en 2010.

Fréquentation et chiffre d'affaires en hausse de 30%

La compagnie, malgré la crise, afficherait de bons résultats. « Nous venons de signer un accord avec Selectour Voyages et nous avons de très bons retours sur le produit. Le concept de Croisières de France marche bien et répond à un besoin. Il permet à des Français de voyager avec d'autres Français, d'avoir un accueil, une nourriture et des excursions en Français. Nous constatons une augmentation de la fréquentation en Méditerranée et du chiffre d'affaires de 30%. La compagnie connaît donc actuellement une belle phase de développement. Il n'y a par conséquent aucun intérêt à tout arrêter après trois ans d'investissements », assure-t-on à Paris. Comme ses concurrents, CDF semble plutôt bien encaisser la crise, qui touche surtout le tourisme terrestre. A l'instar des autres compagnies, elle doit toutefois faire face à une certaine évolution dans les habitudes des consommateurs. « On voit, comme partout, des clients qui attendent le dernier moment pour voir si la compagnie fait des promotions de dernière minute. Mais notre système de réservation à l'avance fonctionne très bien. Ainsi, en réservant 120 jours à l'avance, on bénéficie de 30% de réduction. De même, nous avons des offres ciblées pour les familles, les personnes célibataires ou les familles monoparentales. Enfin, chez nous, plus on s'y prend tôt, plus on est situé dans les hauts du navire ». Cela signifie que les personnes réservant à l'avance sont certains d'avoir une cabine dans les ponts supérieurs, plus prisés. A l'averse, si on réserve tardivement, on aura plutôt tendance à loger aux niveaux inférieurs. L'offre a, par ailleurs, été simplifiée, la compagnie passant, sur le Bleu de France, de 14 à seulement 6 catégories de cabines.

Un autre navire pour CDF ?

Dans ces conditions, si le Bleu de France est vendu, CDF s'attend à toucher un autre navire. Ce changement, qui n'interviendrait à priori pas avant mi-2010, constitue d'ailleurs un challenge pour la compagnie en termes de capacité. L'actuel paquebot ne dispose, en effet, « que » de 374 cabines. Or, Pullmantur n'exploite aucun bateau de cette capacité. Les navires qui pourraient être versés à CDF, comme le Zenith ou le Pacific Dream, sont des unités de 700 cabines. Cela constituerait, alors, un « gap » important pour Croisières de France. Au sein de la compagnie, la perspective de changer de navire n'est pas vraiment une surprise. « Nous savons que nous serons amenés à changer de bateau. Le Bleu de France est un très beau navire et il est très apprécié, mais pour des questions de rentabilité, il faut quelquechose de plus gros. L'idéal serait un bateau de 500 cabines, mais le groupe n'en a pas actuellement ».

Début des croisières dans les Caraïbes sur le Pacific Dream

En attendant, CDF lance de nouvelles croisières dans les Caraïbes à bord du Pacific Dream. Contrairement à l'hiver dernier, le Bleu de France n'est, en effet, pas positionné sur cette région, mais en Méditerranée orientale et vers l'Egypte. Souhaitant maintenir une offre sur les Antilles, Croisières de France propose donc aux passagers francophones d'embarquer sur un navire de Pullmantur. La première traversée a lieu cette semaine avec un départ de Saint-Domingue. Partant de République Dominicaine, le paquebot fait escale en Martinique, en Guadeloupe, à Saint-Martin et Tortola. Les Antillais peuvent embarquer directement à Fort-de-France, soit deux jours après le début de la croisière (et ils débarqueront bien entendu deux jours après les passagers montés à bord en République Dominicaine).
Contrairement au Bleu de France, qui restera cet hiver positionné en Méditerranée, le Pacific Dream n'est pas mis aux couleurs de Croisières de France. Mais le concept éprouvé avec le Bleu de France est repris, notamment les points sur lesquels les passagers francophones sont les plus attentifs. Ainsi, le personnel à bord a été formé pour parler Français et les annonces sont en Français. « Ce produit se vend très bien et nous avons un tiers de Français sur le Pacific Dream, le reste des passagers venant d'Espagne et d'Amérique du sud », explique un responsable de CDF.

CDF Croisières de France